Aucune raison de s'opposer au cannabis thérapeutique, selon le Comité éthique et cancer

  • A
  • A
Le bénéfice du cannabis thérapeutique n'est pas démontré de façon rigoureuse. Image d'illustration. © SAEED KHAN / AFP
Partagez sur :

L'instance consultative "n'a pu identifier d'effet néfaste avéré assez sérieux pour s'opposer à une semblable pratique par des personnes adultes atteintes d’une maladie grave, potentiellement mortelle et qui déclarent en tirer bénéfice". 

Le Comité éthique et cancer, une instance consultative, n'a pas trouvé de raison de s'opposer à l'usage du cannabis par des adultes atteints d'une maladie grave qui disent en tirer un bénéfice, même si ce bénéfice n'est pas démontré de façon rigoureuse.

Une patiente compare l'interdiction à "un refus de soin". Une patiente atteinte d'un cancer, qui affirme que la consommation de ce produit la soulage de douleurs intenses et chroniques et de ses nausées, avait saisi le Comité en l'interrogeant sur le caractère éthique ou non de l'interdiction du cannabis dans un contexte thérapeutique. 

Elle compare l'interdiction actuelle à "un refus de soins", indique mardi le Comité présidé par le professeur Axel Kahn, généticien et président honoraire de l'université Paris-Descartes. 

Le Comité recommande de ne pas le fumer. Malgré les "données encore insuffisantes" sur les effets thérapeutiques du cannabis, le Comité s'est attaché à déterminer s'il existe des raisons éthiques de s'opposer à la consommation de cannabis par des malades qui s'en disent soulagés. "Aucun des arguments possiblement en défaveur d'une telle consommation ne lui est apparu de nature à continuer de l'interdire", estime-t-il. 

"En particulier, il n'a pu identifier d'effet néfaste avéré assez sérieux pour s'opposer à une semblable pratique par des personnes adultes atteintes d’une maladie grave, potentiellement mortelle et qui déclarent en tirer bénéfice". Le Comité recommande cependant de ne pas le fumer et de privilégier d'autres formes de consommation.

Et veut un encadrement par les autorités de santé. Selon le Comité, dont l'avis est disponible en ligne (ethique-cancer.fr), il conviendrait que l'accès au cannabis ou à ses substances actives" puisse être encadré par les autorités de santé, afin d'apporter aux personnes malades les garanties nécessaires quant à la qualité, aux concentrations et aux modalités d'utilisation optimale du cannabis ou de ses substances actives".

Cet "encadrement permettrait de surcroît aux personnes malades de se dispenser de faire appel à des circuits parallèles" pour s'en procurer et "leur éviterait également de risquer des poursuites pénales du fait de leur consommation".

Un comité d'experts de l'Agence du médicament ANSM remettra ses premières conclusions d’ici à la fin de l'année sur l’intérêt de mettre en place en France un accès à du cannabis thérapeutique.