Thierry Coste : "Nicolas Hulot a cherché un prétexte sur la chasse et Thierry Coste"

, modifié à
  • A
  • A
Thierry Coste, Europe 1, 1280 4:47
© Europe 1
Partagez sur :
Le conseiller politique de la Fédération nationale de la chasse aurait précipité le départ du gouvernement de Nicolas Hulot. "Il raconte n'importe quoi !", lâche l'intéressé sur Europe 1.
INTERVIEW

Thierry Coste est présenté comme celui qui a précipité la démission de Nicolas Hulot. Le désormais ex-ministre de la Transition écologique et solidaire l'a en tout cas exprimé ainsi, au lendemain d'une réunion avec les représentants des chasseurs au sujet de la réforme du permis de chasse : "Un élément a achevé de me convaincre que ça ne fonctionne pas comme ça le devrait. (...) J’ai découvert la présence d’un lobbyiste qui n’était pas invité à cette réunion. C’est symptomatique de la présence des lobbies dans les cercles du pouvoir", a tonné Nicolas Hulot.

"Il raconte n'importe quoi !" Ce "lobbyiste" qu'évoque Nicolas Hulot, c'est donc Thierry Coste, conseiller politique de la Fédération nationale des chasseurs. "Je veux bien être le plus influent du monde mais il y a huit personnes autour du président de la République, dont deux ministres, et vous pensez que je n'aurais pas été invité ? Que j'ai réussi à me glisser à l'Élysée, dans la salle de travail, à côté du président ? Il raconte n'importe quoi !", répond-il à Nicolas Hulot, au micro de Matthieu Belliard sur Europe 1, mardi soir. 

Les cinq couleuvres que Nicolas Hulot a dû avaler :

"Lors de cette réunion, on s'est entendu sur tout". "Ça s’est très bien passé", assure Thierry Coste au sujet de cette fameuse réunion de lundi soir. "C’était un compromis, qui a fait plaisir pour partie aux chasseurs et pour partie à Nicolas Hulot. (…) Lors de cette réunion, on s’est entendu sur tout, cherchez l’erreur."

>> De 18h à 20h, c’est votre grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Je regrette qu'il soit parti". D'après lui, Nicolas Hulot a simplement "cherché un prétexte sur la chasse et Thierry Coste" pour justifier sa démission, "mais ce n'est pas très glorieux". "Je regrette qu'il soit parti parce que je pense qu'il a fait du bon boulot", lâche toutefois Thierry Coste, soulignant que "le monde de la chasse était favorable à sa ligne politique sur le glyphosate et sur les néonicotinoïdes".

Europe 1
Par Grégoire Duhourcau