Retraites : "Nous allons travailler au cas par cas avec les régimes différents", démine Buzyn

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Agnès Buzyn, ministre de la Santé et invitée d'Europe 1, mardi matin, a affirmé qu'harmoniser les régimes autonomes n'allait pas engendrer de "hold-up" sur les caisses excédentaires.

Les professions libérales étaient dans la rue, lundi, pour protester contre la réforme des retraites qui doit progressivement harmoniser tous les régimes dans un seul système à points. Au lendemain de ces manifestations qui ont réuni médecins, avocats, infirmiers et autres professions, Agnès Buzyn a précisé plusieurs points, mardi matin, sur Europe 1.

Une "transition très longue" vers le système-cible

"La réforme ne s'adresse pas aux retraités et aux personnes à moins de cinq ans de la retraites", démine d'abord la ministre des Solidarités et de la Santé. "Pour tous les régimes différents, nous allons travailler au cas par cas avec chaque profession et peut-être avoir une transition très longue vers le système-cible."

 

Que signifie cette "transition très longue" vers le système à points, coeur de la réforme portée par le Haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye ? "Étirer le temps, ça veut dire travailler avec eux sur des transformations dont les infirmières cotisent", prend-elle en exemple.

"Hors de question" d'un hold up sur les caisses excédentaires

"Aujourd'hui, elles cotisent à 13% ou 14% de leurs revenus", poursuit-elle. "Elles peuvent le faire parce que c'est une profession dont la démographie est très favorable : il y a énormément d'actifs pour très peu de passifs. Ça peut se retourner contre elle, comme ce qui s'est passé avec les agriculteurs."

Agnès Buzyn a par ailleurs réfuté l'idée que les excédents des caisses des régimes autonomes pourraient être accaparés par le régime général : "Les fonds de réserve de ces différents systèmes sont réservés aux professions qui les ont mis de côté", assure la ministre. "Il est hors de question de faire le fameux 'hold up', c'est un engagement."