Raoult, Bigard, Zemmour, des candidats crédibles ? L'analyse du politologue Jérôme Fourquet

, modifié à
  • A
  • A
Didier Raoult IHU Coronavirus Professeur Covid Chloroquine 2:19
Le professeur Didier Raoult a acquis une popularité réelle chez de nombreux opposants à Emmanuel Macron depuis six mois. © Martin BUREAU / AFP
Partagez sur :
À l'heure où les responsables politiques sont de plus en plus rejetés, des figures de la société civile comme Jean-Marie Bigard, Cyril Hanouna ou Didier Raoult bénéficient d'une bonne cote de popularité dans une partie de l'opinion. Au point de devenir des candidats potentiels pour 2022 ? Pour le politologue Jérôme Fourquet, "cela ne se fait pas d'un claquement de doigt".
ANALYSE

C'est la crainte d'une partie du système politique français pour l'élection présidentielle de 2022 : qu'une figure contestataire de la société civile fédère autour d'elle les colères de personnes qui ne se sentent plus représentées, et chasse du pouvoir les responsables actuels. À la manière, en quelque sorte, d'un Donald Trump aux États-Unis ou Volodymyr Zelensky en Ukraine. Mais pour Jérôme Fourquet, politologue et invité du Grand entretien d'Europe 1 dimanche, "hypothèse est assez peu probable" à l'heure actuelle.

"Un Zemmour, un Raoult, un Hanouna, pourquoi pas une Elise Lucet, qui incarnent chacun à leur manière cette rupture entre le peuple et les élites, peuvent faire irruption dans le jeu et tenter de poursuivre la vague de dégagisme de 2017", confiait ainsi un poids lourd du gouvernement dans les colonnes du Monde, en mai dernier.

Aucun "Beppe Grillo français" ?

Selon Jérôme Fourquet, qui a analysé les fractures françaises dans son livre L'Archipel français (éditions du Seuil), l'émergence d'une telle figure est néanmoins loin d'être effective pour deux raisons, "même s'il ne faut jurer de rien" : "D'une part car, du côté des outsiders, toute une partie de l'espace est occupé à gauche et à droite par Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. Et à l'intérieur du système, quelqu'un a déjà joué cette pièce il y a trois ans, avec Emmanuel Macron et une forme de dégagisme."

"On pourrait se référer à ce qui s'est passé de l'autre côté des Alpes, il y a quelques années, autour du Mouvement 5 étoiles", poursuit au micro de Charles Villeneuve le directeur du département "opinion et stratégies d’entreprise" de l'Ifop. "Nous ne voyons pas aujourd'hui de figure qui serait capable de jouer le rôle d'un Beppe Grillo français." Au début des années 2010, ce "comique qui ressemblait à un Coluche" avait "derrière lui un intellectuel qui avait organisé le logiciel idéologique du parti et le réseau internet". 

Pas de Raoult en 2022 ?

"On ne voit rien de tout cela" en France aujourd'hui, souligne Jérôme Fourquet. "Si une telle figure émergeait, elle émergerait ou elle aurait émergé à l'occasion des graves crises que nous avons traversées ces dernières années. Si on fait le bilan, quelle figure reste-t-il du conflit des 'gilets jaunes' ? Aucune. Quelles figures ont émergé de la crise du Covid-19 ? Certains ont agité l'hypothèse Raoult mais, apparemment, il est retourné à son laboratoire. Cela ne veut pas dire que ça ne va pas se produire, mais tout cela ne se fait pas d'un claquement de doigt."