Rambouillet : "Il y a un lien entre terrorisme et immigration", estime Valérie Pécresse

, modifié à
  • A
  • A
Valérie Pécresse est la présidente de la région Ile-de-France. 3:43
Valérie Pécresse est la présidente de la région Ile-de-France. © Europe 1
Partagez sur :
Invitée dimanche du "Grand rendez-vous Europe 1/Les Echos/CNews", Valérie Pécresse est revenue sur l'attaque au commissariat de Rambouillet, et développé ses propositions pour lutter contre le terrorisme. "Il faut cesser de nier le lien entre terrorisme et immigration", estime la présidente de la région Île-de-France. 
INTERVIEW

Deux jours après l'attaque au commissariat de Rambouillet, Valérie Pécresse était dimanche l'invitée du Grand rendez-vous Europe 1/Les Echos/CNews. "On a frappé le visage de la France. La police, c'est la Nation, l'État", a réagi la présidente de la région Île-de-France, avant d'énumérer plusieurs propositions pour mieux lutter contre le terrorisme.

"Dans cette guerre, il n'y a pas de risque zéro, pas de réponse à tous les risques", explique l'ex-LR. Mais, ajoute-t-elle, "il y a toute une série de failles dans nos dispositifs qui doivent être comblées". Tout d'abord, estime Valérie Pécresse, "il faut cesser de nier le lien entre terrorisme et immigration. Il y a un lien." Les deux autres priorités, poursuit-elle, doivent être de savoir "comment mieux repérer les signaux de radicalisation", et de savoir "comment mettre hors d'état de nuire les radicalisés, en évitant qu'ils deviennent prosélytes en prison". 

"Il y a un vrai sujet sur les frontières" 

Sur la question de l'immigration, Valérie Pécresse martèle qu'il faut "contrôler nos frontières", puis "travailler sur l'immigration clandestine" en posant la question de la "régularisation". "Il faut renvoyer les clandestins dans leur pays d'origine", insiste la fondatrice de Libres !.

"Il y a aujourd'hui un vrai sujet sur les frontières. C'est un sujet qui n'est pas que national, mais aussi européen", dit l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy. Aussi, ajoute-t-elle, "nous devons organiser à la frontière de l'Union européenne ce qu'on appelle la procédure d'asile à la frontière". Autrement dit, "cela veut dire que tous les migrants qui arrivent sans papiers aux frontières, qui demandent l'asile, ne doivent pas pouvoir pénétrer sur le sol européen. On doit pouvoir examiner leur demande d'asile aux frontières et les renvoyer chez eux s'ils ne sont pas persécutés". 

Être clandestin "doit redevenir un délit"

"Il y a aussi un sujet qui est la directive retour. La directive européenne qui régit le retour des clandestins dans leur pays d'origine doit être complètement revue", assure l'invitée d'Europe 1.

Depuis 2012, le séjour illégal sur le territoire français n'est plus un délit. Une situation qui doit être revue, selon Valérie Pécresse : "Je pense qu'il faut que ça redevienne un délit et je pense que sur la base de ce délit, il faut prononcer des ordonnances d'expulsion immédiate", explique la patronne de la région Île-de-France. 

Europe 1
Par Antoine Terrel