Pourquoi les Français croient plus en Philippe qu'en Macron pour "réinventer" le pays

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Edouard Philippe vient d'être réélu au Havre, et est selon un sondage Ifop pour Europe 1 et la Tribune le favori des Français interrogés pour "réinventer la France"... loin devant le Président de la République. Ce dernier doit justement recevoir son Premier ministre lundi matin à l'Elysée. Frédéric Dabi, DG adjoint de l'Ifop, analyse ce "face à face".
DÉCRYPTAGE

Alors que les résultats du second tour des élections municipales sont enfin tombés, la France se prépare pour l'après-coronavirus. Dans un sondage Ifop exclusif pour Europe 1 et la Tribune publié lundi, on apprend que la personne en laquelle les Français interrogés ont le plus confiance pour "réinventer la France" est Edouard Philippe - loin devant Emmanuel Macron, 9e sur un panel de 40 personnalités. Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop, a commenté ces résultats au micro d'Europe 1.

Edouard Philippe plébiscité à droite

"Réinventer la France", le mot est important car c'est celui d'Emmanuel Macron lors de ses deux dernières interventions. Pour les Français interrogés sur la personnalité qui incarnerait le mieux cet objectif, Edouard Philippe est "en tête dans de très nombreuses catégories", notamment celles de droite, précise Frédéric Dabi, qui rappelle lundi sur Europe 1 que le Premier ministre est celui qui "tient l'édifice macronien".

Emmanuel Macron a selon lui "eu un socle électoral qui est passé du centre gauche au centre droit, voire à droite", et c'est "Edouard Philippe qui obtient les meilleurs scores dans les segments traditionnels du peuple de droite. Il faut avoir cela en tête dans une logique de remaniement, et notamment si 'on' veut s'en débarrasser", souligne le directeur adjoint de l'Ifop.

Les deux hommes se retrouvent donc en quelque sorte dans un face à face : "On a une légitimité sondagière pour Edouard Philippe et, depuis dimanche, électorale. Emmanuel macron est très en retrait par rapport à Edouard Philippe, sa parole est 'démonétisée' : il y a un souci de sincérité quand il s'exprime, alors qu'Edouard Philippe est crédité d'une sorte de 'parler vrai' rocardien, lorsque lors de ses différentes interventions pendant la crise du Covid il apparaît sincère, pédagogue", détaille Frédéric Dabi. "Il disait parfois 'je ne sais pas' et apparaissait en équipe. Il a maintenant une popularité en décalque avec celle d'Emmanuel Macron." 

Devant Nicolas Hulot

Le Premier ministre arrive aussi devant Nicolas Hulot (n°2), qui n'est certes "plus dans le jeu politique" après sa démission il y a presque deux ans, mais qui "incarne les valeurs environnementales", qui auraient pu reculer dans un contexte de crise économique. "On voit que les Français n'opposent plus les valeurs environnementales - la fin du monde - avec les questions sociales - la fin du mois -", conclut le politologue.

La surprise du classement : Didier Raoult en 3e position

"On est surpris de la voir en troisième position pour réinventer la France. Il incarne l'anti-système", explique Frédéric Dabi. "Il obtient ses meilleurs scores dans les catégories populaires chez les sympathisants du rassemblement national", devant Marine Le Pen, et également devant Jean-Luc Mélenchon chez une partie des sympathisants de la France Insoumise. "Il a crevé l'écran pendant la période du Covid", un personnage "extrêmement clivant, très controversé mais qui a incarné quelque chose pour réinventer la France", conclut le directeur général adjoint de l'Ifop.

Europe 1
Par Séverine Mermilliod