Eric Zemmour 1:33
  • Copié
Victor Chabert , modifié à
Alors qu'Éric Zemmour peine à obtenir 500 promesses de parrainage pour l'élection présidentielle, les Républicains comptent discrètement aider le polémiste en ne sanctionnant pas leurs élus qui le soutiendraient. Une manœuvre tactique pour maintenir la division des voix entre Zemmour et Marine Le Pen, et favoriser Valérie Pécresse.
ANALYSE

Les équipes d’Éric Zemmour montrent leur inquiétude. Elles déclarent n’avoir recueilli, début janvier, que 330 promesses de signatures sur les 500 nécessaires pour entrer officiellement dans la course à la présidence de la République . Mais elles pourraient bénéficier d’un coup de pouce venu de LR pour faire monter le compteur. En effet, les Républicains ne vont pas sanctionner leurs élus qui soutiendraient le polémiste. Par exemple, il n’y aura pas d’exclusions ni de pertes d’investitures aux législatives.

 

Pas de négociations directes

Il n’y a pas eu de négociations ni d’accords directs entre les deux parties. Du côté d’Éric Zemmour, on assure même ne pas avoir eu de contacts à ce sujet avec l’état-major des Républicains. Cela se fait à bas bruit, sous le manteau, comme le confiait mercredi soir l’un des très proches de Valérie Pécresse, la candidate LR à la présidentielle , avec un grand sourire révélateur aux lèvres : "Je ne vais pas vous dévoiler toutes nos coulisses, mais il faut que la démocratie s’exprime".

Favoriser l'accès de Valérie Pécresse au second tour

La raison est simple : Valérie Pécresse a tout intérêt à ce qu’Éric Zemmour obtienne ses 500 parrainages. Aujourd'hui, l'ex-polémiste est au coude-à-coude avec Marine Le Pen dans les sondages. Les deux candidats se neutralisent aux alentours de 15%. Si l’ancien journaliste ne peut pas se présenter à l’élection présidentielle, ses voix se reporteraient en grande partie sur la candidate Rassemblement National. Mécaniquement, cela hausserait le seuil d'accès au second tour, ce qui rendrait difficile la qualification de la candidate LR. C'est donc un laisser-faire discret très stratégique, dans le seul but de permettre à Valérie Pécresse de se qualifier au second tour.