Piotr Pavlenski diffusera-t-il d'autres vidéos ? "C'est ce qu'il a annoncé", répond son avocat

  • A
  • A
juan branco 1:23
Juan Branco, qui assure la défense de Piotr Pavlenski, affirme au micro d'Europe 1 que le geste de son client est un acte politique. © Lionel BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :
Juan Branco, avocat de l'activiste russe qui a fait chuter Benjamin Griveaux en diffusant des vidéos intimes du candidat LREM à la mairie de Paris, revient au micro d'Europe 1 sur les agissements de Piotr Pavlenski. Pour lui, son client a réalisé en conscience un acte politique, et "a voulu dénoncer la tartuferie d'un homme politique qui ne faisait pas ce qu'il disait".

Piotr Pavlenski, un artiste et activiste russe qui s’était fait connaître pour avoir mis le feu à la Banque de France en 2017, a revendiqué vendredi être à l’origine de la publication des vidéos intimes de Benjamin Griveaux. L'ancien porte-parole du gouvernement, suite à la diffusion de ces images, a décidé d'abandonner la course à la mairie de Paris. Alors que son avocat compte porter plainte contre Piotr Pavlenski, Juan Branco, qui assure la défense de l'artiste russe, affirme au micro d'Europe 1 que le geste de son client est un acte politique. 

"Parfaitement conscient des risques"

Piotr Pavlesnki risque jusqu'à deux ans de prison et 60.000 euros d'amende pour avoir relayé ces vidéos. "J'ai essayé de m'assurer qu'il était parfaitement conscient des risques qu'il encourait et les éléments qu'il m'a donné semblent indiquer qu'il l'était", explique Juan Branco, également conseiller juridique de Julian Assange, au micro d'Europe 1.

L'avocat d'extrême gauche, proche des Gilets jaunes, qui a notamment écrit le pamphlet anti-Macron Crépuscule, affirme que le fait de partager ces vidéos, a pour son client, une portée politique. "Piotr Pavlenski a vu un homme politique français exposer son intimité dans des journaux de papiers glacés et essayer d'arracher des voix à travers une opération de propagande dans Closer ou Gala", raconte Juan Branco. "Cette opération de propagande s'appuyait sur l'instrumentalisation des valeurs de fidélité et de famille. Piotr Pavlenski a voulu dénoncer la tartuferie d'un homme politique qui ne faisait pas ce qu'il disait".

"Du moment que les hommes politiques jouent à cela, ils doivent s'attendre à être exposés sur les agissements qui sont contradictoires avec leur parole", prévient Juan Branco, qui est aussi connu pour avoir, en octobre 2018 "outé" Gabriel Attal, en révélant son homosexualité sur les réseaux sociaux. Y aura-t-il d'autres vidéos et photos diffusées par Piotr Pavlenski ? "C'est ce qu'il a annoncé. C'est la parole de mon client, je lui laisse la responsabilité de ce fait", conclut Juan Branco. 

Europe 1
Par Jean-Jacques Héry, édité par Ariel Guez