Gérard Larcher 1:09
  • Copié
Alexis Delafontaine
Après avoir été adopté en première lecture à l'Assemblée nationale, le projet de loi instaurant le pass vaccinal est débattu mardi au Sénat. Le texte avait divisé les députés de droite la semaine dernière. Cette nouvelle étape est un test supplémentaire pour les Républicains, alors Valérie Pécresse soutient le projet.
ANALYSE

Les sénateurs de droite vont-ils accorder leurs violons sur le pass vaccinal ? Le projet de loi, adopté en première lecture la semaine dernière à l'Assemblée nationale , avait divisé les députés des Républicains. Le passage de ce texte au Sénat est un nouveau test pour le parti. Tenu en majorité par la droite, le Sénat est le seul capable de ralentir le projet du pass vaccinal. Son président Gérard Larcher a dénoncé une "pagaille", alors que le patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau, a noté "un grand cafouillage" et une "gestion chaotique" de la crise sanitaire par le gouvernement.

Défendre les libertés, mais ne pas apparaître irresponsable

Le groupe des Républicains est divisé entre la volonté de défendre les libertés des personnes non-vaccinées, mais avec l'inquiétude d'être considéré comme irresponsable en temps de crise. Le dilemme réside dans le choix de la personne la plus à même de débattre de ce texte. La candidate à l'élection présidentielleValérie Pécresse a, elle, tranché : elle soutient le pass vaccinal.

Se positionner contre le pass serait en effet trop risqué électoralement, alors que 92% des plus de 12 ans ont reçu au moins une dose de vaccin anti-Covid. La stratégie de Valérie Pécresse est simple : elle veut ramener l'électorat de centre-droit vers elle, et apparaître comme responsable durant la crise sanitaire.

De plus, la présidente de la région Île-de-France veut vite se débarrasser de ce sujet pour aborder ses thèmes favoris, et sortir enfin du piège politique tendu par Emmanuel Macron.