Paris convoque l'ambassadeur d'Iran pour dénoncer la détention de chercheurs français

  • A
  • A
Fariba Adelkhah, chercheuse, est détenue en Iran avec l'un de ses collègues.
Fariba Adelkhah, chercheuse, est détenue en Iran avec l'un de ses collègues. © THOMAS ARRIVE / SCIENCES PO / AFP
Partagez sur :
Fariba Adelkhah et Roland Marchal, deux chercheurs, sont détenus en Iran et accusés respectivement d'"espionnage" et "collusion contre la sécurité nationale". Paris dénonce leur "emprisonnement intolérable" et demande leur libération sans délai.

Le ministère français des Affaires étrangères a annoncé avoir convoqué ce vendredi l'ambassadeur d'Iran à Paris pour dénoncer "l'emprisonnement intolérable" depuis plus de six mois de deux universitaires français, dont une a entamé une grève de la faim. Paris a rappelé à l'ambassadeur "l'exigence de la France que nos compatriotes Fariba Adelkhah et Roland Marchal soient libérés sans délai et que les autorités iraniennes fassent preuve d'une totale transparence sur leur situation", souligne le Quai d'Orsay dans un communiqué. Le ministère des Affaires étrangères a rappelé son "extrême préoccupation sur la situation de Fariba Adelkhah qui a cessé de s'alimenter, et a réitéré (sa) demande d'accès consulaire, jusqu'ici refusée", ajoute-t-il.

Des chercheurs accusés d'"espionnage" et "collusion contre la sécurité nationale"

L'anthropologue franco-iranienne Fariba Adelkhah, spécialiste du chiisme, a entamé une grève de la faim, a annoncé mercredi le Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po Paris, qui l'emploie. Une universitaire australienne spécialiste du Moyen-Orient, Kylie Moore-Gilbert, détenue avec Fariba Adelkhah, a également débuté une grève de la faim après 15 mois d'emprisonnement. Les deux chercheuses sont accusées d'"espionnage". Cette grève de la faim s'accompagne d'une grève de la soif, selon d'autres sources, dont le quotidien français Le Monde

Dans une lettre ouverte adressées au Centre pour les droits humains en Iran (CHRI), basé à New-York (Etats-Unis), les deux universitaires disent avoir été soumises à de la "torture psychologique" et à de "nombreuses violations de (leurs) droits humains fondamentaux". Outre Kylie Moore-Gilbert et Fariba Adelkhah, un collègue de cette dernière, Roland Marchal, spécialiste de la Corne de l'Afrique et chercheur au CERI, est détenu en Iran depuis juin, accusé de "collusion contre la sécurité nationale". Le 10 décembre, le président français Emmanuel Macron avait déjà réclamé la libération "sans délai" des deux chercheurs français, dénonçant une situation "intolérable".