Marine Le Pen candidate à l'élection présidentielle de 2022 : des sympathisants satisfaits... mais mesurés

, modifié à
  • A
  • A
Marine Le Pen a annoncé sa candidature jeudi lors de ses voeux à la presse 1:50
Marine Le Pen a annoncé sa candidature jeudi lors de ses voeux à la presse © GERARD JULIEN / AFP
Partagez sur :
Marine Le Pen s'est déclarée candidate à la présidentielle de 2022 jeudi lors de ses vœux à la presse. Une décision précoce, deux ans et demi avant l'échéance, mais qui ne choque pas les sympathisants du Rassemblement National à Fréjus, ville conquise par le parti lors des dernières municipales. 
REPORTAGE

Plus de deux ans avant l'élection présidentielle, Marine Le Pen s'est d'ores et déjà portée candidate. La présidente du RN a expliqué jeudi devant la presse qu'elle se lance pour ne pas laisser courir Emmanuel Macron tout seul et qu'elle mûrit ce projet depuis près d'un an. Un choix qui intervient donc très tôt, mais à Fréjus, dans le Var, les sympathisants du parti d'extrême-droite saluent ce choix, malgré quelques réserves. 

Marine Le Pen était arrivée en tête au premier et au second tour du dernier scrutin présidentiel dans la municipalité de David Rachline, où les permanences des différents candidats aux municipales commencement à peine à sortir de terre. L'annonce de la présidente du RN est une bonne chose pour beaucoup de sympathisants. "Elle s’y prend en avance, c’est normal, elle prévient les Français. Elle a un bon programme, il faut qu’elle continue, elle est sur la bonne route et moi je la vois bien présidente, depuis le temps que ça dure", témoigne l'un d'entre eux. "Elle dévoile ses batteries quand il faut, comme ça elle voit venir et elle peut préparer. C’était prévisible, ça me fait plaisir, ce n’est pas trop tôt, moi ça ne me déplaît pas du tout", témoignent d'autres adeptes du parti. 

"Moi j'aimerais voir sa nièce"

Mais tous ne sont pas aussi optimistes. Notamment lorsque l'on creuse du côté des sympathisants moins âgés et toujours en activité professionnelle. Le débat d'entre deux-tours lors de la dernière élection présidentielle a laissé des traces. "Dans le débat, j’avais été déçu de son comportement, mais il faut lui laisser une chance", explique-t-on. "C’est dans la logique des choses parce que justement il n'y a personne d’autre en tête de liste", estime cette sympathisante, qui sait quel autre membre du parti elle aimerait voir se lancer : "Je voudrais que ce soit Mr Rachline, parce que c’est un très bon maire et c’est quelqu’un de bien". "Moi je voudrais que ce soit sa nièce, parce que Marine Le Pen a été battue. Une personne qui a été battue ce n’est jamais bon qu’elle revienne comme ça", affirme un autre adhérant. 

Marine Le Pen entend se servir de la campagne des municipales dans deux mois comme d'une rampe de lancement. Pour l'heure, elle va multiplier les déplacements partout en France dans les prochaines semaines. Notamment en Bretagne et dans le Pays de la Loire, où le Rassemblement National est moins fort que dans le sud-est. 

Retrouvez la matinale du jour de Matthieu Belliard en replay et en podcast ici

 

Europe 1
Par Frédéric Michel, édité par Thomas Vichard