2:01
  • Copié
Jean-Luc Boujon // Crédits photo : LAETITIA NOTARIANNI / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP , modifié à
La possibilité de Jean-Luc Mélenchon à Matignon en cas de victoire de la gauche aux législatives prend de l'épaisseur. Mais cette hypothèse passe mal auprès de certains électeurs de droite et d'extrême droite, comme l'a constaté Europe 1 dans les rues de Lyon.

"Non, non non ! Ne me parlez pas de lui, je le déteste !". Comme Françoise, de nombreux électeurs de droite bondissent à l'idée de voir Jean-Luc Mélenchon en Premier ministre. Certains pourraient même être tentés par un rapprochement avec le Rassemblement national et ses idéaux d'extrême droite, pour faire barrage au chef de fil des Insoumis. 

Une alliance des "droites"

Jeudi, Olivier Faure, du parti socialiste, affirmait que Jean-Luc Mélenchon n'était pas disqualifié pour le poste. Le rejet du leader de LFI est massif chez les électeurs de droite, comme chez Eric. "Jean-Luc Mélenchon, non, c'est hors de question! C'est quelqu'un de violent, qui n'écoute pas", s'indigne le Lyonnais.

Eric se montre résigné, et même prêt à virer à l'extrême droite : "Pour l'empêcher de devenir Premier ministre, il faut voter Bardella. Ou une alliance des droites, une alliance claire entre LR et le RN, cela peut être quelques chose d'efficace".

"Ce ne sont pas du tout mes idéaux"

Julie, de confession juive, se prononce également en faveur de l'union des droites. "Ce n'est pas de gaieté de cœur mais il n'y aura pas d'autre choix pour nous en tout cas. Je ne veux pas parler au nom de tous les Juifs de France, mais pour connaître suffisamment notre communauté, on n'aura pas d'autre choix que de voter pour nos anciens ennemis", explique-t-elle. 

La Lyonnaise poursuit : "L'alliance des droites, elle est impérative. Je ne vous dis pas qu'elle est idéale, loin de là, ce ne sont pas du tout mes idéaux ou mes valeurs. Mais en tant que Juive, en tant que Française, aujourd'hui, je n'ai pas d'autre choix que de voter pour eux".