"L'écologie avance !" : plus de 100 députés LREM et MoDem défendent le bilan après un an

, modifié à
  • A
  • A
Les signataires défendent l'action de Nicolas Hulot. © BERTRAND LANGLOIS / AFP
Partagez sur :

Des parlementaires ont publié une tribune dans "Ouest-France" pour défendre certaines avancées, notamment l'abandon de Notre-Dame-des-Landes. "Rien n'est parfait et beaucoup reste à faire", estiment-ils néanmoins. 

Plus de 100 députés LREM et MoDem affirment que "l'écologie avance" même si "beaucoup reste à faire", dans une tribune publiée mardi dans Ouest France, alors que Nicolas Hulot a prévu un bilan à l'été, qui pourrait déterminer son maintien au gouvernement. Emmenés par l'élu du Maine-et-Loire Matthieu Orphelin, proche du ministre de la Transition écologique, les 111 signataires se défendent de vouloir faire ce bilan "à la place" de Nicolas Hulot. Le ministre avait annoncé à la mi-mai qu'il évaluerait sa capacité à mettre en place la "transformation sociétale" qu'il appelle de ses voeux et s'était dit "capable de partir".

"Quelques écologistes politiques aiment tant crier à l'échec dans les médias". Les auteurs de la tribune, parmi lesquels figurent la présidente de la commission du Développement durable Barbara Pompili (LREM, issue des rangs écologistes), le vice-président LREM de l'Assemblée Hugues Renson, ou encore Sarah El Haïry (MoDem), Sacha Houlié (LREM) et Sandrine Le Feur (LREM), jugent néanmoins utile avant cette évaluation "de partager quelques éléments" d'appréciation. Ils ciblent notamment ceux "qui doutent et qui voudraient - et ils ont à notre sens raison - que cela avance plus vite", mais aussi "quelques écologistes politiques qui aiment tant crier à l'échec dans les médias, et dont les voix se mêlent à celles des lobbies qui voudraient eux aussi notre échec".

Liste des engagements pris pendant la campagne présidentielle. Parmi les engagements pris pendant la campagne présidentielle, accomplis ou en cours, ils citent la "fin des hydrocarbures en France", la "prime à la conversion automobile", ou encore la "fin des véhicules essence et diesel en 2040, 50% de produits de qualité dans la restauration collective d'ici 2022, séparation du conseil et de la vente des pesticides..." Ils mettent aussi en avant des actions qui "vont plus loin que notre projet initial et doivent beaucoup à Nicolas Hulot" : arrêt du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, "sortie du glyphosate en 3 ans" ou "concrétisation des 6 parcs éoliens en mer avec une utile renégociation financière".

"Rien n'est parfait et beaucoup reste à faire". Ils ajoutent que "les prochaines semaines seront déterminantes sur des points stratégiques", citant entre autres "les arbitrages du plan vélo", la "programmation pluriannuelle de l'énergie" ou le "plan biodiversité", des sujets sur lesquels Nicolas Hulot sera en première ligne. "Nous sommes lucides : rien n'est parfait et beaucoup reste à faire", observent les signataires. "Mais c'est sur cette base que le bilan devra donc être fait. Sereinement, et en conscience. Avec en tête la seule question qui vaille : sommes-nous à la hauteur des enjeux ?", ajoutent-ils.