Le Conseil des ministres rejoint Macron à Charleville-Mézières

, modifié à
  • A
  • A
Gouvernement 1280
Le gouvernement se réunit dans la ville natale d'Arthur Rimbaud à partir de 10 heures. © Bertrand GUAY / AFP
Partagez sur :
Le gouvernement se déplace dans les Ardennes mercredi, pour rejoindre Emmanuel Macron en 'itinérance mémorielle" sur les lieux clefs de la Première Guerre mondiale. L'occasion de montrer que l'exécutif reste à l'écoute de la France des territoires. 

À l'occasion du périple mémoriel d'Emmanuel Macron, le Conseil des ministres se délocalise. Les membres du gouvernement ont rendez-vous à Charleville-Mézières mercredi matin, à 10 heures. Le Conseil des ministres ne quitte qu'exceptionnellement les ors du Salon Murat à l'Elysée. De quoi mobiliser une importante organisation.

Un voyage organisé. Cet aller-retour express servira notamment à "illustrer sur le terrain ce qu'on décide à Paris", résume un conseiller ministériel à propos de l'objectif de cette réunion délocalisée, et aux airs de voyage organisé. Les ministres doivent arriver en train dans la ville natale d'Arthur Rimbaud, puis rejoindre en bus la préfecture des Ardennes, avant un retour à Paris, en tout début d'après-midi.

>> De 5h à 7h, c'est "Debout les copains" avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Un message à l'attention des territoire. Cette demi-journée a vocation à montrer que tout le gouvernement est mobilisé pour les territoires. La ministre en charge de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, Jacqueline Gourault, prendra d'ailleurs la parole à l'issue de ce Conseil des ministres. Mais dans une préfecture transformée en forteresse, "ça peut être contre-productif, il n'y a pas d'effet proximité", tempère un ex-conseiller de Nicolas Sarkozy.

Une opération com' ? L'ancien président de la République avait tenté l'expérience deux fois, au tout début de son mandat, sans jamais recommencer. Et pour cause, ce fut "une expérience malheureuse", reconnaît aujourd'hui son conseiller, perçue à l'époque davantage comme une opération de communication que comme une vraie réunion de travail.

Europe 1
Par Hadrien Bect, édité par Romain David