Laurent Berger explique pourquoi la CFDT ne participera pas à la grève illimitée : "La CGT l'a décidée de façon unilatérale"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Invité de la matinale d'Europe 1, vendredi matin, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger a indiqué que son syndicat ne se joindrait pas à l'appel à la grève illimitée à partir du 5 février, lancé par la CGT de Philippe Martinez.
INTERVIEW

Pour lui, c'est non. Laurent Berger a indiqué vendredi matin sur Europe 1 que son syndicat, la CFDT, ne se joignait pas à l'appel à la grève illimitée lancée par la CGT à partir du 5 février. "La CFDT ne s'y associera pas", a-t-il affirmé. 

Berger ne connaît pas le mot d'ordre de la grève. "D'abord, je n'en connais pas le mot d'ordre. Sur quels objectifs ? Avec quelles ambitions ?", s'est interrogé le syndicaliste. "Deuxièmement, la CGT le décide de façon unilatérale, c'est sa responsabilité", a-t-il indiqué pour se démarquer de l'autre leader syndical.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Grenelle du pouvoir de vivre". Laurent Berger a détaillé la stratégie de son syndicat : "Nous portons nos propositions sur les quatre thèmes du grand débat, plus le pouvoir d'achat", ainsi que "la proposition d'un Grenelle du pouvoir du vivre" pour "trouver des solutions". "Si ce n'est pas le cas, à ce moment-là on verra", a-t-il prévenu sans plus de précisions.

La CGT a appelé "à la grève" le 5 février et à "des manifestations" sur tout le territoire, pour répondre à l'"urgence sociale", réclamant une hausse du Smic et une réforme de la fiscalité. L'appel à la transformer en "blocage total" a été partagé sur Facebook par Eric Drouet.