La sauvegarde du patrimoine ne se résume pas à la mission Bern, prévient Mézard

  • A
  • A
La loi sur le logement portée par Jacques Mézard est critiquée par Stéphane Bern.
La loi sur le logement portée par Jacques Mézard est critiquée par Stéphane Bern. © THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :
Pour le ministre de la Cohésion des Territoires, le "Loto du patrimoine" lancé par Stéphane Bern n'est pas la seule initiative participant à financer la sauvegarde du patrimoine. 

La sauvegarde du patrimoine ne se résume pas à la mission de Stéphane Bern, qui a menacé de quitter ses fonctions en évoquant des moyens financiers jugés frustrants, a estimé samedi Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des Territoires.

Chargé l'an dernier par l'Élysée d'une mission de réhabilitation de monuments en péril, Stéphane Bern a prévenu vendredi, dans un entretien aux journaux régionaux du groupe Ebra, qu'il démissionnerait s'il estimait n'être qu'un "cache-misère". Il mettait notamment en regard les investissements pour le Grand Paris, estimés à près de 500 millions d'euros, avec les 15 à 20 millions que doit recueillir son "Loto du patrimoine" lancé lundi.

"Je comprends parfaitement que Stéphane Bern considère que lui, pour sa mission, n'a pas suffisamment de moyens (...), mais il n'y a pas que ces quinze à vingt millions qui sont dirigés sur le patrimoine" par l'État, a répondu samedi Jacques Mézard sur la chaîne BFM TV.

La loi sur le logement critiquée par Stéphane Bern. Le ministre a mis l'accent sur le plan gouvernemental "Action coeur de ville", destiné à mobiliser plus de cinq milliards d'euros en cinq ans pour ranimer les centres de plus de 200 villes moyennes.

Jacques Mézard est personnellement visé par Stéphane Bern qui, dans son entretien à Ebra, s'attaque à la loi sur le logement portée par le ministre. Selon lui, elle va permettre de "détruire des quartiers entiers" en affaiblissant le rôle des architectes des bâtiments de France (ABF), corps professoral chargé de surveiller les travaux sur le patrimoine.

"Il ne s'agit pas de supprimer l'avis des architectes des bâtiments de France, il s'agit dans deux cas, antennes de téléphonie mobile et puis habitat indigne, de venir à un avis simple" et donc non contraignant, a détaillé Jacques Mézard.

Mézard vante l'action des collectivités locales. "S'il y a encore un grand patrimoine de qualité dans nos villes et nos villages c'est grâce à l'action des collectivités locales", a-t-il insisté. "Les maires ne sont pas irresponsables. Ils ont besoin de l'avis des architectes des bâtiments de France, ils n'ont pas non plus dans certains cas à se soumettre à un pouvoir excessif."