La permanence d'une députée LREM du Var taguée

  • A
  • A
La députée Valérie Gomez-Bassac revenait des obsèques du maire de Signes, Jean-Mathieu Michel, tué lundi accidentellement.
La députée Valérie Gomez-Bassac revenait des obsèques du maire de Signes, Jean-Mathieu Michel, tué lundi accidentellement. © Thomas SAMSON / AFP
Partagez sur :
De nombreuses permanences de députés LREM ont été taguées depuis la vote de l'Assemblée nationale sur la ratification du Ceta, fin juillet.

Une nouvelle permanence d'élu LREM dégradée. Celle de la députée du Var Valérie Gomez-Bassac a été taguée dans la nuit de jeudi à vendredi a constaté l'élue en revenant des obsèques du maire de Signes. "En revenant de #Signes où j'ai assisté à l'enterrement de #JeanMathieuMichel, je découvre que ma permanence parlementaire a été taguée dans la nuit, touchant par la même occasion la mairie de la Roquebrussanne. Ma détermination est entière, le travail continue tout l'été", a tweeté vendredi Valérie Gomez-Bassac.

Sur la photo qui accompagne son message on peut voir le rideau de fer de sa permanence, installée à La Roquebrussanne, recouverte d'inscriptions à la bombe comme : "Steeve", "FSNEA" ou encore "On est encore la" écrit en lettres jaunes. Valérie Gomez-Bassac revenait vendredi des obsèques du maire de Signes, Jean-Mathieu Michel, tué lundi accidentellement, selon les premiers éléments de l'enquête, alors qu'il s'opposait à un dépôt illégal de gravats dans la nature. 

L'opposition toujours présente des "gilets jaunes"

Une quinzaine de permanences de députés ou de locaux du parti LREM ont été ces derniers jours emmurées ou taguées après la ratification du Ceta, voire saccagées comme à Perpignan en marge d'une manifestation de "gilets jaunes" suscitant une condamnation de l'ensemble de la classe politique.