La BD de Nathalie Loiseau sur l'Europe accusée de banaliser l'homophobie

  • A
  • A
La tête de liste LREM pour les européennes, Nathalie Loiseau, s'est défendue de toute complaisance avec l'homophobie, à la suite d'une polémique.
La tête de liste LREM pour les européennes, Nathalie Loiseau, s'est défendue de toute complaisance avec l'homophobie, à la suite d'une polémique. © Francois Mori / POOL / AFP
Partagez sur :
Dans une BD expliquant l'UE aux enfants, Nathalie Loiseau présente l'Europe comme "unie dans la diversité", et donne l'exemple du mariage homosexuel, interdit en Pologne et autorisé ailleurs. Une vignette accusée de banaliser l'homophobie. 

Après La Démocratie en BD, un album paru en 2017, la tête de liste LREM pour les européennes, Nathalie Loiseau, a récemment repris du service chez Casterman. Mais sa nouvelle bande-dessinée, L'Europe en BD, n'a pas reçu l'accueil attendu, et l'ancienne ministre a dû répondre à des accusations d'homophobie, dénonçant notamment les attaques du Parti socialiste.

Le mariage gay, "même pas en rêve" en Pologne 

Sur Twitter, de nombreux internautes ont diffusé une planche de l'ouvrage, accusée de banaliser les discriminations. L'Europe y est en effet présentée comme "unie dans la diversité". Et pour illustrer celle-ci, l'ancienne ministre donne l'exemple du mariage homosexuel, autorisé par certains États, mais "même pas en rêve" en Pologne.

"Qu'apprenons-nous à nos enfants ? Que l'homophobie est culturelle ? Qu'il faut la tolérer chez nos voisins ?", s'est interrogé sur le réseau social Guillaume Mélanie, co-président d'Urgence Homophobie. "Triste baffe aux personnes LGBT de toute l'Europe qui veulent l'égalité", a de son côté déploré le député socialiste Boris Vallaud. "Cette démonstration absurde marche avec tout ? L'IVG ? L'accueil des réfugiés ?", a-t-il poursuivi. "Incroyable ! Du shopping de l'asile à la relativisation de l'homophobie, il y a comme un passé qui ne passe pas", a renchéri le Premier secrétaire du PS Olivier Faure, toujours sur Twitter.

En réponse à Boris Vallaud, l'ancienne ministre des Affaires européennes a répondu : "Je ne vous ai pas attendu pour lutter contre l'homophobie, soutenir le mariage pour tous comme la PMA pour toutes et contester les choix polonais". "Ces attaques ne vous grandissent pas", a-t-elle ajouté.

Loiseau assure défendre ses "frères homosexuels"

"Décrire la Pologne telle qu'elle est ne veut pas dire qu'on l'approuve" a également expliqué Nathalie Loiseau, toujours sur Twitter. Pour preuve de sa bonne foi, elle a assorti son tweet d'un extrait consacré au milieu de la mode dans son livre autobiographique, Choisissez tout, paru en 2014.

Elle y évoque ses "frères homosexuels", qui "observent, analysent et décryptent le mainstream comme personne", "ni cyniques ni dupes", dans une société qui "ne leur est pas souvent favorable". 

Une défense jugée peu convaincante par Guillaume Mélanie. "M'expliquer que vos propos ne sont pas homophobes car vous aimez vos 'frères' gays qui sont géniaux car ils aiment la mode... c'est non", a-t-il tweeté. 

Concernant le cas précis de la Pologne, Nathalie Loiseau a également dénoncé dimanche, toujours sur Twitter, "l'homophobie de Jaroslav Kaczynski", le leader du parti conservateur nationaliste au pouvoir PiS, "une menace contre les valeurs de l'Europe". 

La tête de liste de la majorité s'est déjà retrouvée au cœur d'une polémique la semaine dernière après avoir été rattrapée par sa présence passée sur une liste étudiante d'extrême droite lorsqu'elle était à Sciences-Po.