"Il n'y aura pas d'augmentation tarifaire en 2021", promet le PDG de SNCF Voyageurs

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Invité d'Europe Soir, le PDG de SNCF-voyageurs, Christophe Fanichet, a assuré à quelques jours des vacances de Noël qu'un billet sur trois serait maintenu à petit prix pour les voyageurs. Il s'est également engagé à ce qu'il n'y ait pas d'augmentation tarifaire appliquée par le groupe ferroviaire en 2021.
INTERVIEW

Depuis mardi 15 décembre et la fin du confinement lié au coronavirus, les Français peuvent désormais se déplacer entre régions. Et à 48 heures du coup d'envoi des vacances de Noël, les transports, nettement diminués jusque-là, vont de nouveau être très sollicités. Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs, a assuré mercredi que le groupe maintiendrait des billets à petits prix pour les fêtes, mais également qu'il n'y aurait pas d'augmentation tarifaire en 2021.

"Important que les Français puissent compter sur le train"

Le PDG de SNCF Voyageurs, qui a estimé que 2.500 trains partiront ce week-end et pas moins de 750.000 voyageurs avec eux, s'est en effet engagé à ce que le groupe ferroviaire ne pratique pas d'augmentation tarifaire en 2021 : "J'ai décidé qu'il n'y aurait pas d'augmentation tarifaire à la SNCF. Nous maintiendrons les prix de 2020, parce que c'est important pour nous que les Français puissent continuer à compter sur le train pour pouvoir voyager."

Il a également assuré que des prix attractifs seraient maintenus, y compris pour la période des fêtes : "Cette année, c'est un billet sur trois qui est à petit prix, et 4 millions et demi de billets qui vont être mis en vente. Par exemple, pour le samedi 19 décembre ou le 24 décembre, vous avez un Paris-Marseille à 28 ou 45 euros, un Bordeaux-Marseille à 32 ou 36 euros. Il y a bien sûr des prix plus chers, mais on a voulu garder quand même des petits prix."

Et ces billets peu chers représentent une augmentation de 15% par rapport à ce qui était proposé par la SNCF à la même période l'an dernier d'après Christophe Fanichet, qui a appelé à "les saisir maintenant", tant "qu'il en reste encore".

Europe 1
Par Manon Fossat