Fusion Bas-Rhin/Haut-Rhin : une "possibilité", selon le préfet de Région

, modifié à
  • A
  • A
Matignon a demandé début février au préfet de région de mener une "réflexion sur l'avenir" de l'Alsace.
Matignon a demandé début février au préfet de région de mener une "réflexion sur l'avenir" de l'Alsace. © FREDERICK FLORIN / AFP
Partagez sur :
Dans une interview au "Républicain Lorrain", le préfet de la Région Grand Est assure qu'il "n'y aura pas de Brexit alsacien", mais a laissé la porte ouverte pour des rapprochements entre les deux départements.

Le préfet de la Région Grand Est Jean-Luc Marx a évoqué lundi dans Le Républicain Lorrain la "possibilité" d'une fusion des départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, mais écarté l'hypothèse d'une sortie de l'Alsace de la grande région.

Des rapprochements au cas par cas ? "Il existe la possibilité de fusionner les deux départements", a assuré Jean-Luc Marx dans une interview au quotidien Le Républicain Lorrain parue lundi. "Pour l'instant, je n'ai pas de délibération en ce sens du Bas-Rhin ou du Haut-Rhin", mais "il reste un autre outil - l'entente - permettant des rapprochements, comme en matière de tourisme", a détaillé le haut fonctionnaire. Matignon a demandé début février au préfet de région de mener une "réflexion sur l'avenir" de l'Alsace, deux ans après sa fusion contestée par certains élus avec la Lorraine et la Champagne-Ardennes.

"Pas de Brexit alsacien". Les conclusions de cette réflexion qui alimentent les espoirs des opposants à la réforme territoriale de François Hollande, favorables à une nouvelle collectivité s'inspirant de la Corse, seront livrées "d'ici le 20 juin", selon Jean-Luc Marx. "Il n'y aura pas de Brexit alsacien", a-t-il toutefois assuré, écartant la renaissance d'une région alsacienne hors du Grand Est. Le principe de la "pérennité de la carte régionale" a été fixé par Emmanuel Macron à l'été dernier, souligne le préfet. "Le poids de la Région" a été "décisif" pour peser sur l'avenir les entités locales du constructeur automobile PSA, fait-il également valoir.

Un appel aux citoyens. Au lendemain de l'annonce de Matignon, une centaine d'élus alsaciens avaient lancé un appel pour "une collectivité territoriale d'Alsace à statut particulier", dotée de compétences d'Etat, notamment en matière d'enseignement linguistique, économie, tourisme, formation professionnelle, bilinguisme. Le 3 avril, les présidents des conseils départementaux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin ont lancé un site internet invitant les citoyens à s'exprimer sur le projet de création d'une nouvelle collectivité alsacienne.