La France s'est donné pour ambition de devenir l'un des leaders mondiaux dans la production et l'utilisation d'hydrogène. 1:40
  • Copié
Aurélien Fleurot , modifié à
Sur un site de production d'électrolyseurs servant à produire de l'hydrogène vert, à Béziers dans l'Hérault, Emmanuel Macron a annoncé que 1,9 milliard d'euros seront consacrés à la filière pour que la France devienne une référence. L'hydrogène pourrait aider à décarboner petit à petit l'industrie et remplacer progressivement le pétrole.

La France mise sur l'hydrogène pour décarboner son industrie et ses transports. En déplacement à Béziers, dans l'Hérault, le président Emmanuel Macron a annoncé que 1,9 milliard d'euros seront consacrés à la filière dans le cadre du plan France 2030. Mais pour que le "zéro émission de CO2" ait du sens, il faut que la production de l'hydrogène ne soit plus issue d'énergies fossiles. Plusieurs projets sont en cours, notamment à Béziers, où l'entreprise Genvia fabrique des électrolyseurs servant à la production d'hydrogène décarboné. Emmanuel Macron s'y est rendu ce mardi pour faire la promotion de cette nouvelle source d'énergie. 

L'hydrogène vanté par Emmanuel Macron est-il écologique ?

Aujourd'hui, l'hydrogène industriel est fabriqué à 95% à partir de ressources fossiles. Essentiellement à partir de gaz naturel ou de charbon, ce qui libère beaucoup de dioxyde de carbone dans l'atmosphère. Voilà pourquoi il est qualifié d'hydrogène "gris". Alors que l'hydrogène "vert" est produit après électrolyse de l'eau : l'électricité va dissocier les molécules d'oxygène de celles d'hydrogène. De cette manière, aucun gramme de CO2 n'est rejeté. Dernière étape pour qu'il soit entièrement propre : utiliser de l'électricité renouvelable issue du parc éolien, solaire ou hydroélectrique.

La France est-elle équipée pour en produire ?

L'enjeu pour la France est donc désormais de produire cet hydrogène vert en s'appuyant par exemple sur des géants comme Air Liquide, jusqu'ici grand producteur d'hydrogène "gris" mais qui vient d'acquérir le site H2V Normandy, en Seine-Maritime. Ce projet prévoit de produire dès 2025 28.000 tonnes d'hydrogène vert par an pour alimenter les industriels du bassin normand. Mais pour accompagner son développement massif, il faudra rapidement faire baisser le coût de production de l'hydrogène vert et dans le même temps multiplier sa production actuelle par 700 d'ici 2030.

Quels en seront les usages ?

L'usage le plus évident de l'hydrogène est dans les transports. Dans quelques villes, des bus roulent déjà à l'hydrogène vert. De très nombreuses communes ont des projets de camions, de bennes à ordure et des trains fonctionnant à l'hydrogène. La Normandie, l'Occitanie et la région Auvergne-Rhône-Alpes sont à la pointe avec des projets de méga-usines produisant des électrolyseurs et des piles à combustible. Elles seront utilisées dans les véhicules. L'hydrogène permettra de décarboner l'économie et remplacer petit à petit le pétrole.