Didier Guillaume dénonce le montage d'une vidéo de maltraitance animale par L214

, modifié à
  • A
  • A
Didier Guillaume a assuré sur Europe 1 que "les faits et les images" de l'association n'étaient "pas avérés". 2:00
Didier Guillaume a assuré sur Europe 1 que "les faits et les images" de l'association n'étaient "pas avérés". © Capture d'écran Europe 1
Partagez sur :
Dans une vidéo publiée en ligne mercredi, l'association de défense des animaux L214 a dénoncé les pratiques d'un abattoir de Dordogne, celui de Sobeval à Boulazac. "Les faits et les images ne sont pas avérés", a réagi dimanche sur Europe 1 le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume.
INTERVIEW

L'association de défense des animaux L214 a publié mercredi une vidéo visant à dénoncer les pratiques d'un abattoir de Dordogne, celui de Sobeval à Boulazac. Il s'agit, selon l'association, "d'un des plus gros abattoirs de veaux en France" où "près de 700 veaux" seraient tués chaque jour et dont la production pourrait être certifiée Label rouge et bio. Par cette vidéo, L214 entend dénoncer des étourdissements de veaux, notamment concernant la production de viande halal ou casher, et obtenir la fermeture de l'abattoir. Sur son site, l'association avancent des "violations de la loi, multiples et récurrentes" qui "entraînent des souffrances accrues pour les animaux". Questionné sur une possible demande de fermeture de l'abattoir par ses services, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a refusé cette option dimanche sur Europe 1, "parce que les faits et les images ne sont pas avérés".

"Le respect du bien-être animal est là"

"Les images sont prises sur plusieurs mois ou plusieurs années, sont collées les unes par rapport aux autres", a critiqué le ministre. "J’ai diligenté immédiatement des contrôles et les contrôles montrent que le respect du bien-être animal est là", a-t-il poursuivi disant toutefois attendre d'autres résultats.

Dans un communiqué publié le jour de la mise en ligne de la vidéo, la préfecture de Dordogne estimait déjà qu'il n'y avait "pas de mise en évidence de non-conformité à la réglementation", mais se préservait le droit "d'analyser plus avant cette vidéo pour déceler d’éventuelle non-conformité". Elle a par ailleurs rappelé que l'abattoir "est agréé pour la pratique de l’abattage de veaux de manière traditionnelle ou rituelle". "Comme tous les abattoirs, cet établissement procède à l’abattage des animaux par des opérateurs habilités et formés au respect du bien-être animal et fait l’objet de contrôles permanents par une équipe de huit agents de l’Etat", mentionne également le communiqué.

Une plainte pour diffamation

La direction de l'entreprise Sobeval a indiqué jeudi n'avoir "d'autre choix que de porter plainte pour diffamation" contre L214.

Europe 1
Par Jonathan Grelier