Covid-19 : "Les salles de sport seront totalement compensées", promet Roxana Maracineanu

, modifié à
  • A
  • A
Maracineanu 4:57
Roxana Maracineanu assure les salles de sport que le manque à gagner des restrictions sera compensé. © Europe 1
Partagez sur :
Invitée de la matinale d'Europe 1, lundi, Roxana Maracineanu s'est exprimée sur les nouvelles restrictions imposées face au coronavirus. La ministre déléguée aux Sports a présenté les dispositifs d'aides aux salles de sport pour franchir cette "bosse" et le manque à gagner généré.
INTERVIEW

Face à la résurgence de l'épidémie de coronavirus, les salles de sport et les gymnases ont été obligées de fermer leurs portes dans les zones d'alerte renforcée. Et leurs propriétaires s'opposent à cette décision du gouvernement prise la semaine dernière. Pour calmer la colère du monde du sport, Roxana Maracineanu a promis lundi sur Europe 1 que le manque à gagner des salles de sport serait "totalement compensé".

"10.000 euros d'aides"

Deux dispositifs particuliers ont été mis en place pour que ces établissements ne perdent pas d'argent : "Il y aura jusqu'à 10.000 euros d'aides pour ce mois-ci par propriétaire de salles de sport et une exonération des charges", détaille la ministre déléguée aux Sports au micro de Sonia Mabrouk.

Roxana Maracineanu assure que "ce sont les mois de septembre et d'octobre qui comptent car c'est là qu'on inscrit les nouveaux adhérents" dans les salles de sport et les associations. "Aujourd'hui, il faut qu'on les soutienne pour qu'elles passent cette 'bosse' qui ne va durer, on l'espère, que 15 jours ou un mois", insiste-t-elle.

Des compétitions reconfigurées ?

Au niveau professionnel, la ministre assure qu'"on réfléchit bien sûr à une reconfiguration des compétitions avec les acteurs du sport". Plusieurs questions restent ainsi en suspens : "S'il y a des limitations de déplacement, comment continuer à exercer voire à se contenter uniquement de l'entraînement et réduire le circuit de compétition ? Depuis le mois de mars, on travaille avec les fédérations et les instances sportives pour être prêt à tout", affirme Roxana Maracineanu.