Coronavirus : "Je ne dis pas qu'il n'y aura pas d'épidémie en France", admet Sibeth Ndiaye

, modifié à
  • A
  • A
sibeth ndiaye 2:03
© EUROPE 1
Partagez sur :
La porte-parole du gouvernement, invitée jeudi d'Europe 1, a tenu à rassurer sur la progression du coronavirus en France, alors que la polémique grimpe au lendemain du match Lyon-Juventus, où 3.000 supporter italiens se sont rendus. Sibeth Ndiaye a toutefois refusé d'affirmer que la France ne sera pas confrontée à une épidémie dans les jours ou semaines qui viennent. 
INTERVIEW

Mercredi soir au Groupama Stadium, l’Olympique lyonnais a battu la Juventus Turin (1-0) en huitième de finale aller de la Ligue des Champions. Mais pour beaucoup, l’essentiel de cette soirée était ailleurs. Ils se focalisaient plutôt sur la présence de 3.000 supporters venus d’Italie, pays d’Europe le plus touché par le coronavirus. Des figures de l’opposition, de Marine Le Pen à Ségolène Royal, ont critiqué l’autorisation donnée aux tifosi turinois de franchir la frontière pour supporter leur équipe. "Il faut garder ses nerfs, garder son calme", a enjoint Sibeth Ndiaye, invitée jeudi d'Europe 1.

"Je ne dis pas qu'il n'y aura pas d'épidémie en France", a toutefois déclaré la porte-parole du gouvernement. "Mais on ne peut pas prendre de décision uniquement sur la foi de la peur. On doit prendre des décisions qui sont étayées scientifiquement et médicalement. La réponse qu’on doit conduire est graduée, en fonction de l’état de propagation du virus. Il faut le faire avec calme et beaucoup de rigueur."

C'est donc toujours en se fondant sur l'avis des experts que le gouvernement prend ses décisions, a assuré Sibeth Ndiaye. "On ne se cache pas derrière l'avis des médecins. Mais si on écoutait la peur collective, on se barricaderait derrière nos frontières", a argué la porte-parole du gouvernement. "Je comprends parfaitement le fait qu’on ait peur, mais aujourd’hui en France, on a moins d’une vingtaine de cas. La grippe, c'est entre 2,5 et 3 millions de personnes qui sont infectées chaque année", a-t-elle rappelé.