À la veille du congrès FN, la jeunesse frontiste affiche son soutien à Marine Le Pen

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Les militants lillois du Front national de la jeunesse préparent le Congrès des 10 et 11 mars, et veulent croire que Marine Le Pen a retrouvé son leadership.
REPORTAGE

Le Front National s'apprête à faire peau neuve. Les militants sont d'accord à une courte majorité pour un changement de nom, précise Marine Le Pen, la présidente du parti qui se base sur les résultats d'un grand questionnaire lancé en vue de la préparation du congrès de ce week-end à Lille. Un rendez-vous qui doit remettre le parti sur les rails espèrent les jeunes frontistes rencontrés par Europe 1, et activement plongés dans la préparation de ce temps fort.

La légitimité de Marine Le Pen. Le siège Lillois du FN continue de recevoir les livraisons des gadgets estampillés FN qui seront vendus ce week-end lors du congrès. Les militants du Front national de la jeunesse mettent aussi la main à la pâte et enchaînent les collages d'affiches annonçant le grand meeting de Marine Le Pen. L'échec de la présidentielle est digéré, assure Julien qui conserve sa confiance en Marine Le Pen pour conduire la refondation du parti. "Si on n'a pas gagné, c'est qu'il y avait des choses à ajuster", avoue-t-il. "Si Marine a fait des erreurs, elle a fait son mea culpa. Les adhérents l'entendent. Il y a eu des sondages faits récemment où l'on voit que Marine est la bonne personne pour conduire ce nouveau Front national", veut-il croire.

 

"Le Front national fait parfois encore peur".  Pratiquement aucune note discordante ne ressort chez ces jeunes militants gonflés à bloc et rassurés de savoir que Jean-Marie Le Pen, l'ancien leader, ne viendra pas troubler le rassemblement de la famille politique. D'ailleurs, le fait de changer de nom symbolise cette volonté de tourner la page du vieux parti frontiste, estime Sylvain. "Le Front national fait parfois encore peur. Ça rappelle des mauvais souvenirs, des mauvaises paroles que l'on a pu avoir dans le passé. Il ne faut pas l'oublier", concède-t-il. "On va faire table rase, avoir un nouveau nom, un nouveau logo. Ça peut être un renouveau. Il n'y a que du bon la dessus !", s'enthousiasme-t-il. Et même si la chef avoue elle-même ne pas vouloir s'éterniser à la tête du parti, ses militants lui font confiance pour préparer sa succession.

Europe 1
Par Lionel Gougelot, édité par R.Da.