Cyclisme : Floyd Landis de nouveau piégé par ses urines

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Floyd Landis a réaffirmé lundi qu'il avait remporté le dernier Tour de France "à la régulière" et crié au scandale après que des analyses complémentaires ont révélé la présence dans ses urines de testostérone synthétique.

La présomption d'innocence de Floyd Landis s'effrite de plus en plus... Sept échantillons du vainqueur du dernier Tour de France, qui avaient été dans un premier temps testés négatifs, ont été re-testés la semaine dernière au Laboratoire national de détection du dopage de Châtenay-Malabry (LNDD), a rapporté lundi L'Equipe sur son site internet. Résultat : Landis aurait bien pris de la testostérone synthétique. Selon L'Equipe, ces nouvelles analyses ont été effectuées en présence de deux experts désignés par le coureur lui-mêmes et deux membres de l'USADA, l'agence antidopage américaine. Au vu de ces nouvelles accusations, Landis et son avocat ont redoublé de critiques contre l'USADA et le LNDD. Ils affirment notamment que tester des échantillons prélevés au cours d'autres étapes du Tour 2006 n'était pas nécessaire vu que les premiers tests étaient négatifs. "Tout d'abord, j'ai remporté le Tour à la régulière", a dit Landis au cours d'une conférence de presse. "Je suis déçu, mais pas surpris, par les fuites du laboratoire ou de l'USADA à L'Equipe." "Cela montre à nouveau que le peu de droits que l'athlète a ont été totalement ignorés par le monde antidopage." "Nous tentons de vérifier des cas de falsification peut-être délibérée des résultats et de destruction de preuves, ce qui était un de nos arguments contre le fait que les nouveaux examens se déroulent dans le laboratoire en question." "Comme auparavant, je dois répondre de résultats provenant d'un laboratoire dont nous estimons depuis plusieurs mois qu'il devrait être suspendu par l'Agence mondiale antidopage (Ama)." "De la même manière que la fuite concernant le nageur australien Ian Thorpe, cette fuite constitue une erreur énorme de l'Ama dans le combat capital qu'elle mène contre le dopage. Les avocats de Landis affirment pour leur part que les experts n'ont pas été autorisés à consulter tous les échantillons qui ont fait l'objet d'un nouveau test ainsi que d'autres éléments du dossier. Ils ont en outre mis en cause la qualité des tests et demandé que de nouveaux examens soient effectués dans un autre laboratoire. Landis a été contrôlé positif à la testostérone sur le Tour 2006. L'Américain doit comparaître le 14 mai devant l'USADA. Il risque une suspension de deux ans et pourrait devenir le premier vainqueur du Tour déchu de son titre pour dopage. Floyd Landis a pris l'engagement, le 8 février dernier, de ne pas prendre le départ du Tour de France 2007, et à aucune course dans l'Hexagone, en échange d'un report de l'examen de son dossier par l'Agence française de lutte antidopage (AFLD).

Europe 1
Par Administrator User