Aucune "action de force" pour les otages

  • A
  • A
Partagez sur :

La libération de la famille de sept personnes enlevée au Cameroun en février n'a donné lieu à aucune "action de force", et est le fruit de "contacts multiples" a-t-on appris vendredi à l'Elysée. "Ce n'est pas une action de force, ça a été par des contacts multiples que nous avons pu établir", a-t-on déclaré dans l'entourage de François Hollande.

"La pression a joué", a-t-on ajouté, se refusant à toute information concernant les demandes de libération de prisonniers réclamés par les preneurs d'otages. Les sept anciens captifs, en passe d'être rejoints à Yaoundé par le ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, devraient être de retour à Paris samedi matin.