Famille royale britannique : quatre questions pour comprendre la crise du "Megxit"

, modifié à
  • A
  • A
Le couple princier a annoncé vouloir prendre des distances avec la royauté
Le couple princier a annoncé vouloir prendre des distances avec la royauté © HEATHCLIFF O'MALLEY / POOL / AFP
Partagez sur :
Alors que le couple princier formé par Meghan Markle et le Prince Harry a annoncé sur les réseaux sociaux vouloir prendre ses distances avec la famille royale, la reine a convoqué son petit-fils pour gérer cette crise, qui affole la presse britannique. Face à cette situation inédite, les Anglais s'interrogent... et nous aussi.
ANALYSE

Après le feuilleton interminable du Brexit, c'est maintenant celui du "Megxit" qui plonge le Royaume-Uni dans la tourmente. Dernier rebondissement en date : la reine a décidé de convoquer une réunion de crise avec son petit fils Harry, son frère William et leur père Charles. Pourquoi ? Parce que le couple princier formé par Harry et Meghan Markle a annoncé sur leur compte Instagram officiel vouloir "prendre des distances avec la famille royale". Après "plusieurs mois de réflexion", le couple explique vouloir travailler pour être indépendant financièrement, et changer de statut, tout en continuant d'apporter leur soutien inconditionnel à la reine. 

Voir cette publication sur Instagram

“After many months of reflection and internal discussions, we have chosen to make a transition this year in starting to carve out a progressive new role within this institution. We intend to step back as ‘senior’ members of the Royal Family and work to become financially independent, while continuing to fully support Her Majesty The Queen. It is with your encouragement, particularly over the last few years, that we feel prepared to make this adjustment. We now plan to balance our time between the United Kingdom and North America, continuing to honour our duty to The Queen, the Commonwealth, and our patronages. This geographic balance will enable us to raise our son with an appreciation for the royal tradition into which he was born, while also providing our family with the space to focus on the next chapter, including the launch of our new charitable entity. We look forward to sharing the full details of this exciting next step in due course, as we continue to collaborate with Her Majesty The Queen, The Prince of Wales, The Duke of Cambridge and all relevant parties. Until then, please accept our deepest thanks for your continued support.” - The Duke and Duchess of Sussex For more information, please visit sussexroyal.com (link in bio) Image © PA

Une publication partagée par The Duke and Duchess of Sussex (@sussexroyal) le

Pourquoi Harry et Meghan prennent-ils leurs distances ? 

Le couple, qui détonne depuis son arrivée dans la famille royale, ne supporte plus la pression médiatique et les attaques de la presse. Meghan et Harry, qui se sont mariés devant des millions de téléspectateurs en mai 2018, avant de donner naissance à un nouveau "royal baby", Archie, ont annoncé vouloir partager leur temps entre le Royaume-Uni et l'Amérique du nord, d'où Meghan est originaire. Une façon de pouvoir "éduquer notre fils dans le respect de la tradition royale, tout en offrant à notre famille l'espace pour se concentrer sur le chapitre à venir". 

Pourquoi organiser une réunion de crise ?

Cette situation est tout à fait inédite au Royaume-Uni. Elle affole les tabloïds et l'ensemble des médias anglais, et même la reine semble prise de court. Si l'annonce du couple peut paraître anodine, elle laisse beaucoup de questions sans réponse, notamment en ce qui concerne le financement de la vie de Meghan et Harry. Leur statut royal leur permet de vivre sur des fonds spécifiques. Le potentiel changement de statut du couple pose donc la question de leur situation financière. C'est en partie pourquoi la reine a décidé d'organiser une réunion de crise, qui se tiendra dans la résidence privée de la reine à Sandringham, dans l'est du pays.

Quels sujets seront-abordés à la réunion ? 

Elizabeth II a convoqué le Prince Harry, son frère William, et leur père Charles. Meghan Markle, qui s'est envolée pour le Canada, pourrait aussi assister à la réunion royale par téléphone. Ils devraient y discuter du montant de la dotation financière attribuée par le prince Charles, du statut royal du couple, et de leur transactions commerciales.

Sur leur site internet, le couple a fait part de sa volonté de renoncer à l'allocation royale, qui représente 5% de leurs revenus. Il s'agit d'une allocation payée par le contribuable à la reine pour subvenir aux besoins de la famille royale, et payer les frais liés au bureau officiel. Le reste de leur argent provient du père de Harry, Charles. Le Prince de Galles, duc de Cornouailles, tire d'importants revenu de son duché. Meghan et Harry, qui souhaitent être "indépendants financièrement", n'ont pas mentionné ces revenus. 

Qu'en pensent les Britanniques ? 

Le feuilleton fait la une des médias britanniques. Le quotidien Times parle d'une "annonce prématurée, égoïste et malveillante". "Au Royaume-Uni quand on épouse un prince on épouse 60 millions de personnes. Cela fait partie du contrat. Les gens ont le sentiment d'un caprice. Cette jeune femme a voulu un diadème, une robe longue, vivre une vie de princesse mais elle refuse maintenant d’en payer le prix", peut-on lire dans le quotidien britannique. 

Dans les rues de Londres, les sujets de Sa Majesté réagissent à cette annonce. Pour Cassie, rencontrée par Europe 1, si Harry et Meghan veulent prendre leurs distances, "la famille royale n'est pas prête à les laisser partir". "Ils vont essayer de les gérer et de contrôler la distance qu'ils prennent. Peut-être pas en les gardant près d'eux, mais en continuant à faire pression sur eux", commente la Britannique. 

"Il faut se demander ce qu'il va se passer après. Harry peut perdre son titre de manière légale mais il sera toujours le Prince Harry ! Ça veut dire quoi ? Est ce qu'ils vont devenir comme les Kardashian des stars de télé-réalité ? Parce qu'ils vont toujours être présents dans la presse", s'interroge Dan. 

Europe 1
Par Joanna Chabas avec Lucie de Perthuis