Renouveau du "Grand oral" sur France 2 : "Si le discours est creux, à quoi bon ?"

  • A
  • A
grand oral leila kaddour france 2 6:38
Leïla Kaddour reprend les rênes du "Grand oral" sur France 2 © ©Julien KNAUB / FTV
Partagez sur :
Le concours d'éloquence "Le grand oral" revient mardi soir sur France 2. L'émission veut désormais mettre davantage en valeur le fond des discours, comme l'expliquent dans "Culture Médias" sa nouvelle présentatrice Leïla Kaddour, qui succède ainsi à Laurent Ruquier, et son producteur Clément Chovin.
INTERVIEW

Le grand oral change, sur la forme et sur le fond. Laurent Ruquier a en effet décidé de quitter la présentation du concours d'éloquence de France 2, mais sera présent dans le jury. C'est Leïla Kaddour qui prend sa suite à partir de mardi soir. L'émission va également davantage valoriser le contenu des discours des candidats, comme l'expliquent mardi dans "Culture Médias" sa présentatrice et son producteur Clément Chovin. Cette nouvelle mouture du Grand oral débute avec une candidate qui témoigne de la grossophobie dont elle a été victime.

 Le sujet est inhabituel dans les concours d'éloquence, où le principe est bien souvent de manier au mieux la langue, quel que soit le sujet ou la position défendue. "Comment raconter ce qui se passe en vous quand vous êtes victime de ces agressions-là ?", interroge la journaliste Leïla Kaddour. "Je trouve que c'est une parole essentielle à entendre. On dit que la parole se libère. J'aurais tendance à dire que l'écoute s'amplifie aussi. Et justement, c'est un peu la vertu de ce programme."

"Le grand oral est un programme de combat"

L'émission a ainsi choisi des candidats parlant de sujets qui leur tiennent à cœur. "Ce qui tranche cette année, c'est que la parole se veut encore plus utile, encore plus précieuse et encore plus apaisante", analyse le producteur Clément Chovin. "On s'est permis de jouer un peu moins avec la parole et de la mettre encore plus en beauté et en avant." En faisant le choix de mettre en valeur des sujets forts, Le grand oral rendrait donc service à l'éloquence.

"On joue quand même avec la parole", appuie Leïla Kaddour. "On peut être hyper expert dans le maniement de la parole. Mais si le discours est creux, à quoi bon ? On pourrait tout expliquer, ce serait une forme de sophistique. Ce n'est pas du tout le cas dans cette émission."

En se détachant des discours creux, le programme veut aussi remonter les audiences décevantes des premiers numéros. Sans l'attachement de France Télévisions aux concours d'éloquence, l'émission aurait pu disparaître. "Le grand oral est un programme de combat. On se bat depuis trois ans pour le faire exister. C'est ce qu'on appelle de la télé de bien commun", explique Clément Chovin.

"Cette émission est un dialogue où des Français qui viennent faire un monologue. Sauf que ce monologue est bien plus interactif et bien plus interpellant que toutes les interventions d'experts que l'on pourrait écouter habituellement", ajoute-t-il. Le retour du Grand oral est à découvrir mardi soir à 21h sur France 2. Pour savoir si le pari de cette nouvelle mouture a conquis un nouveau public, il faudra attendre la publication des audiences mercredi matin.

Europe 1
Par Alexis Patri