Netflix, gagnant du confinement avec 15,8 millions d'abonnés en plus

  • A
  • A
Netflix 1:10
Netflix a gagné plus de quinze millions d'abonnés durant les trois dernier mois. © AFP
Partagez sur :
Netflix a gagné plus de quinze millions d'abonnés durant les trois dernier mois. Le confinement a du bon pour la plateforme de vidéos en ligne qui totalise désormais 183 millions d'abonnés à travers le monde. La série Casa de Papel totalise 64 millions de vues, mais attention aux méthodes de calcul qui font gonfler les chiffres.

Le confinement de la planète a du bon pour la télé mais il a aussi du bon pour le leader de la vidéo à la demande par abonnement. Netflix a révélé avoir gagné 15,8 millions d'abonnés au cours des trois derniers mois, contre 9,6 millions sur la même période l'année dernière : le double des prévisions. Au total, la plateforme compte désormais 183 millions d’abonnés à travers le monde. Pour le deuxième trimestre, Netflix table sur 7,5 millions de clients supplémentaires, mais précise que ce n'est qu'une "hypothèse".

La plateforme a été portée par le succès de certains programmes proposés comme Tiger King ("Au Royaume des fauves"), une série entre télé-réalité et documentaire sur les élevages de félins aux Etats-Unis ou encore la série espagnole La Casa de Papel. Son succès ne se dément pas : 64 millions d’utilisateurs de Netflix ont suivi les aventures des braqueurs hispaniques.

Des méthodes de calcul qui font gonfler les chiffres 

Néanmoins, attention aux chiffres ! Selon le calcul de Netflix, il suffit que le spectateurs visionnent deux minutes d’une série ou d’un film pour être comptabilisés parmi les personnes ayant vu le programme.

Une méthode qui fait donc artificiellement gonfler les scores et qui n’a donc rien à voir avec les audiences Médiamétrie, qui calculent la moyenne des téléspectateurs qui ont regardé un programme.

Objectif désormais : fidéliser les nouveaux arrivants, alors que la concurrence fait rage. Disney + totalise déjà 50 millions d’abonnés à travers le monde, cinq mois après son lancement aux Etats-Unis.

Europe 1
Par Cyril Lacarrière, avec AFP édité par Mathilde Durand