"Les Terriens du dimanche" : la chroniqueuse Hapsatou Sy diffuse les images coupées au montage des propos d'Eric Zemmour

, modifié à
  • A
  • A
Hapsatou Sy envisage de porter plainte contre Eric Zemmour. Capture d'écran
Hapsatou Sy envisage de porter plainte contre Eric Zemmour. Capture d'écran © C8
Partagez sur :
C8 avait coupé au montage une partie des échanges, dans l'émission diffusée dimanche, par crainte des risques juridiques. 

"En faisant ce que je fais, je prends le risque de perdre mon boulot". Deux jours après la diffusion de son altercation avec Eric Zemmour, dans Les Terriens du dimanche, la chroniqueuse Hapsatou Sy a décidé de diffuser sur son compte Instagram l"intégralité de la séquence, dont une partie avait été coupée au montage par C8 à la demande du service juridique de la chaîne.  

Dans la séquence diffusée dimanche, Hapsatou Sy avait eu un vif échange avec le polémiste condamné à plusieurs reprises, ce dernier reprochant aux parents d'Hapsatou Sy de ne pas lui avoir choisi un prénom tiré du calendrier des Saints. La chroniqueuse et entrepreneuse avait indiqué sur les réseaux sociaux qu'elle réfléchissait à déposer plainte contre Eric Zemmour, mais également à quitter l'émission, qui avait donc coupé une séquence au montage. 

Dans les colonnes du Parisien, le producteur de l'émission de Thierry Ardisson, Stéphane Simon avait assumé cette décision. "Ce n'était pas possible de laisser un échange aussi violent devant des centaines de milliers de personnes (...) il y avait un fort risque de condamnation juridique, c'est pour cela que nous avons fait notre travail en responsabilité, en coupant la séquence au montage", expliquait-t-il. 

"C'est votre prénom qui est une insulte à la France". Sur Instagram, Hapsatou Sy précise qu'elle n'est "pas en train d'affronter C8", mais affirme ne "pas pouvoir accepter ça". Dans les extraits qu'elle diffuse, elle affirme à Zemmour n'avoir jamais "entendu personne me dire quelque chose d'aussi blessant". Avant d'ajouter : "moi qui aime la France et qui aime ce pays, que ça vous plaise ou que ça vous déplaise, je trouve que ce que vous venez de dire n'est pas une insulte à mon égard, c'est une insulte à la France". 

"Mademoiselle, c'est votre prénom qui est une insulte à la France", lui a alors répondu l'auteur du Suicide français. "La France n'est pas une terre vierge. C'est une terre avec une histoire. Avec un passé. Et les prénoms incarnent l'histoire de la France".

Thierry Ardisson prend ses distances avec sa chroniqueuse. Invité mardi sur Cnews de l'émission Morandini Live, Thierry Ardisson a dit comprendre "l'émotion" d'Hapsatou Sy et s'est dit "désolé". Mais il a regretté l'attitude de sa collègue, jugeant qu'elle "s'étale sur Twitter pour faire un bad buzz complètement nul". Une prise de parole dans la lignée d'un premier communiqué laconique publié lundi par la boite de production de l'émission. "Si elle souhaite quitter l'émission, il faut qu'elle en informe rapidement Thierry Ardisson ou Stéphane Simon", y était-il écrit. 

"Si elle revient dans un bon état d'esprit, je souhaite qu'elle revienne, mais si elle revient pour nous faire des scènes comme ça tous les jeudis soirs, je ne souhaite pas qu'elle revienne", a renchéri mardi "l'homme en noir". Un avertissement que n'a pas pris en compte Hapsatou Sy, qui avait prévenu sur Twitter quelques minutes plus tard, avant de publier les extraits sur Instagram :"à ce jeu là tu vas perdre. Je n’aime pas le mensonge. Là c'est une bombe que je vais lâcher. Je n'ai pas peur".