"Le saut du diable", un téléfilm d'aventure en pleine montagne jeudi soir sur TF1

  • A
  • A
Partagez sur :
Entre aventures, suspense et relations familial, TF1 propose jeudi soir un nouveau téléfilm prenant. Dans le rôle principal de ce programme intitulé "Le saut du diable", on retrouve l’acteur Philippe Bas. Il raconte les coulisses du tournage dans l’émission Culture-Médias sur Europe 1.  

Un thriller angoissant et familial. Le saut du diable est le nouveau téléfilm diffusé jeudi soir à 21 heures sur TF1 avec dans le rôle principal l’acteur Philippe Bas. L’intrigue : un ancien militaire passe un week-end à randonner en montagne avec sa fille de 17 ans, mais le séjour ne va pas être parfait… L’adolescente est témoin d’un meurtre, et le filme avec son portable. Elle et son père vont être poursuivis par le tueur et vont tout faire pour lui échapper.

Le téléfilm donne lieu à des scènes d’action en pleine montagne, dans des canyons, parfois avec des armes. "J’ai pu me préparer avec toutes les descentes en rappel, les progressions avec une arme pour essayer d’être le plus crédible possible" avec un groupe d’intervention, raconte Philippe Bas au micro d’Europe 1. "C’était vraiment très intéressant parce qu’on s’aperçoit dans ces milieux-là ce n’est pas seulement physique, c’est vraiment la tête et les jambes !", poursuit-il.

"Je n’ai laissé personne d’autres s’amuser à ma place !"

Des scènes impressionnantes, à la fois physiques et dangereuses, que Philippe Bas a tourné sans doublure. "Je n’ai laissé personne d’autres s’amuser à ma place !", s’amuse l’acteur. En pleine montagne, les guides ont "fait toutes les installations au tournage", raconte Philippe Bas. Résultat : certaines scènes ont pu être tourner "à flanc de montagne". L’acteur s’est, par ailleurs, inspiré de l'aventurier Mike Horn pour préparer son rôle dans ce film.

Philippe Bas a également initié ce téléfilm avec un idée précise en tête : ne pas faire uniquement un film d’action. Pour lui, il s’agit d’abord d’un "film d’aventures" assez "audacieux". C’est également un film sur les relations entre un père et sa fille. "Je tenais vraiment à cette idée du père et de sa fille pour parler de quelque chose, de la vie, qu’il fallait arrêter de… Il faut être au maximum au présent et que l’on ne soit pas prisonnier de son passé", raconte-t-il. Avant d’ajouter : "pour moi c’était le plus important !"

Europe 1
Par Antoine Genton, édité par Manon Bernard