Journée de la Terre sur TMC : pour Cyril Dion, "le gouvernement ne se donne pas les moyens"

, modifié à
  • A
  • A
cyril dion 1:20
Cyril Dion a réalisé le documentaire "Demain" en 2015 © JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :
TMC consacre jeudi, en partenariat avec Europe 1, son antenne à la journée de la Terre. Cyril Dion, dont le documentaire "Demain" a été diffusé mercredi soir sur TMC dans le cadre de ce dispositif spécial réchauffement climatique, est l'invité de l'émission de Philippe Vandel "Culture Médias". Il alerte sur l'urgence.
INTERVIEW

À l'occasion de la Journée de la Terre jeudi 22 avril, TMC bouscule son antenne pour la consacrer à l'urgence climatique. Un dispositif média mis en place en partenariat avec Europe 1. Culture Médias reçoit jeudi Cyril Dion, dont le documentaire "Demain" a été diffusé mercredi soir sur TMC pour lancer cette Journée de la Terre. Interrogé sur les moyens que se donne la France, et notamment la création par Emmanuel Macron du Conseil de défense écologique, Cyril Dion estime que la volonté politique n'est malheureusement pas à la hauteur des enjeux.

"Le gouvernement se tire une balle dans le pied tout seul"

"C'est un peu le même bilan que sur l'ensemble des décisions prises par le président de la République : il a tendance à décider tout seul, dans des petits cénacles", analyse Cyril Dion. "Emmanuel Macron crée des instances, puisqu'il a aussi créé le Haut conseil pour le climat en 2019, qui réunit un certain nombre de scientifiques éminents sur la question climatique. Et il ne les écoute pas."

Celui que le président avait nommé garant de la Convection citoyenne estime que le compte n'y est pas non plus concernant la loi sur le climat. "Le Haut conseil pour le climat a rendu un avis en disant que le projet de loi n'était pas à la hauteur et qu'il ne permet pas à la France de tenir ses engagements", rappelle-t-il. "Mais le gouvernement s'est obstiné à réduire l'ambition des propositions faites par la convention citoyenne de façon assez incroyable, et à ne pas se donner la possibilité de tenir les objectifs qu'il s'est donné lui-même."

Le gouvernement s'était donné l'objectif de réduire d'au moins 40% les émissions d'ici 2030. "Les citoyens de la convention lui en ont donné les moyens en lui proposant un plan très ambitieux", explique-t-il Cyril Dion. "Et le gouvernement se tire une balle dans le pied tout seul en ne se permettant pas d'y arriver." La loi climat devrait être prochainement adoptée à l'Assemblée nationale.

Europe 1
Par Alexis Patri