Jean-Baptiste Boursier : sur BFMTV, "je ne fais pas le même métier que CNEWS"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Invité jeudi de "Culture Médias" pour évoquer sa double rentrée télé, avec les émission BFM Politique et BFMTVSD, le journaliste Jean-Baptiste Boursier fait le distinguo entre son travail d'information sur BFM et CNEWS, devenue, selon lui, "une chaîne d'opinion".
INTERVIEW

Interrogé jeudi dans Culture Médias sur les très bonnes audiences de l'émission d'Éric Zemmour sur CNEWS, le journaliste Jean-Baptiste Boursier précise la différence, selon lui, entre la chaîne d'information en continu BFMTV (sur laquelle il officie à la tête de BFM Politique et de BFMTVSD) et sa concurrente. Selon lui, les deux chaînes ont aujourd'hui des objectifs qu'il faut savoir distinguer.

Retrouvez toute l’actu médias dans notre newsletter quotidienne

Recevez chaque jour à 13h les principales infos médias du jour dans votre boîte mail. Un rendez-vous incontournable pour être au point sur l’actu, les audiences télé de la veille et faire un point sur les programmes à ne pas manquer.

Abonnez-vous ici

Chaîne d'information vs chaîne d'opinion

BFMTV est leader des chaînes d'information en continu, à deux exceptions : elle est devancée par les émissions de CNEWS Face à l'info (avec Éric Zemmour) et L'heure des pros (incarnée par Pascal Praud). Une concurrence qui n'inquiète pas Jean-Baptiste Boursier, qui fait face à Éric Zemmour le vendredi avec son émission BFMTVSD. "Le vendredi, CNEWS n'est pas première. Pas tout le temps, en tout cas, vraiment pas", précise le journaliste. "Ça ne m'inquiète pas. On ne fait plus du tout le même métier."

Pour Jean-Baptiste Boursier, les offres de BFMTV et CNEWS sont désormais très différentes. "J'ai travaillé sur une chaîne qui s'appelait iTélé, qui est l'ancêtre de CNEWS. Cette chaîne faisait la même chose que ce que fait BFMTV aujourd'hui. C'est à dire de l'information", rappelle-t-il. "CNEWS fait aujourd'hui de l'opinion. Ça n'a rien à voir, ce n'est pas le même boulot."

Et le journaliste étaye son analyse d'un exemple concret. "Quand Éric Zemmour dit que tous les gens qui arrivent de manière illégale en France sont des violeurs et des voleurs, je ne suis pas sûr que ce soit un fait", explique-t-il. "Je ne veux pas critiquer CNEWS, ça ne m'intéresse pas. Chacun fait son métier, le fait du mieux possible. Mais ce qui est sûr, c'est que nous n'avons pas le même."

"Ne pas parler des fake news ne les fait pas disparaître"

Dans le travail des chaînes d'information en continu, selon  Jean-Baptiste Boursier, une question est au centre de l'actualité : le traitement (ou non) des fausses informations. Le point de vue du journaliste de BFMTV est clair. Prenant l'exemple du documentaire complotiste Hold Up, il explique pourquoi BFMTV y a consacré une certaine place à l'antenne. "Le film est là, il est vu, il est regardé. Ne pas en parler, ça ne fait pas disparaître les choses", justifie-t-il. 

Cette remise en question des fake news est, pour Jean-Baptiste Boursier, l'une des composantes du métier d'information. "Mon travail est de questionner les faits, d'avoir un point de vue sur ce qui existe", appuie-t-il. "On peut discuter de ce qui existe, mais ce qui existe uniquement. Donc Hold up existe, on en parle." 

Europe 1
Par Alexis Patri