Iris Mittenaere sur l'élection Miss France : "On était rationnées, je cachais du pain"

, modifié à
  • A
  • A
Iris Mittenaere 0:43
Iris Mittenaere cachait des morceaux de pain dans ses sacs de soirée © Europe 1
Partagez sur :
Présentatrice de "Ninja Warrior" aux côtés de Denis Brogniart et Christophe Beaugrand et ambassadrice de l'ONG "Vision du Monde", la Miss France et Miss Univers 2016 est l'invitée d'Anne Roumanoff dans l'émission "Ça fait du bien". Iris Mittenaere se souvient de la difficile préparation des Miss régionales pour le concours national, et surtout des restrictions dont elle a obtenu la suppression.
INTERVIEW

"J'avoue que c'était horrible". Iris Mittenaere, invitée jeudi de l'émission d'Anne Roumanoff Ça fait du bien, raconte un élément peu connu de la préparation des Miss régionales à l'élection nationale. La Miss France et Miss Univers 2016 explique que l'alimentation des candidates était rationnée pendant les semaines précédant le concours télévisé. Celle qui est aujourd'hui présentatrice de Ninja Warrior sur TF1 aux côtés de Denis Brogniart et Christophe Beaugrand et ambassadrice de l'ONG "Vision du Monde" assure que cette pratique n'est plus d'actualité.

Pendant la préparation à l'élection Miss France, les candidates recevaient des repas très légers. Au point qu'Iris Mittenaere cachait des morceaux de pain dans ses sacs pour les manger en cachette après le repas. "Quand on a débarrassé ma valise de Miss France avec ma mère, on a retrouvé du pain rassis dans mes pochettes du soir", se souvient-t-elle." Je mettais le pain dans mes sacs, pour les manger le soir dans ma chambre. C'était assez horrible."

"Les filles ne sont plus rationnées"

Iris Mittenaere ne tourne pas autour du pot : "On nous rationnait", affirme-telle, avant d'expliquer la raison de cette surveillance. "Ils se disaient 'Bon, il ne faut pas trop qu'elles prennent de poids avant l'élection. On va leur donner des trucs un peu light'. Mais le problème, c'est que c'était trop light."

Une fois élue, la Miss France 2016 a fait part du problème. "Je leur ai dit que franchement ce n'était pas possible", explique-t-elle. "Depuis, ils ont changé et les filles ne sont plus rationnées". En témoignent certaines silhouettes très légèrement plus callipyges de l'élection de décembre 2020. Un changement dont se réjouit Iris Mittenaere.

Europe 1
Par Alexis Patri