"Complément d'enquête" sur France 2 : Jacques Cardoze veut "être au plus près de ce qui se passe"

  • A
  • A
Jacques Cardoze (Complément d'enquête) sur Europe 1. 5:19
Jacques Cardoze (Complément d'enquête) sur Europe 1. © Europe 1
Partagez sur :
L'émission d'enquête de France 2 fait sa rentrée jeudi soir avec une soirée sur le thème de la police et de ses liens avec le pouvoir politique, trois mois après la mort de Steve Maia Caniço à Nantes. Son présentateur, Jacques Cardoze, était l'invité mercredi de "Culture médias" avec Philippe Vandel pour évoquer ce rendez-vous d'information désormais établi de la chaîne publique.
INTERVIEW

Ce sont deux des accessoires les plus connus de la télévision française : deux fauteuils rouge vif qui se font (presque) face, deux sièges témoin d'une discussion de quelques minutes. Depuis 2001, Complément d'enquête, lancé et présenté par Benoît Duquesne jusqu'à sa mort en juillet 2014, est un rendez-vous important de l'offre d'information sur France 2. Alors que la nouvelle saison démarre jeudi soir, le journaliste et présentateur Jacques Cardoze, désormais aux commandes de l'émission, est venu évoquer au micro de Philippe Vandel, mercredi matin, dans Culture médias, sur Europe 1, la première enquête de la saison 2019-10, consacrée au fonctionnement de la police.

Les interviews pensées pour "reprendre ses esprits"

Jeudi, les téléspectateurs se verront proposer une enquête sur l'affaire Steve, un reportage sur les "bœufs-carottes" (l'Inspection générale de la police nationale, la "police des polices") et enfin un portrait du ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, qui a refusé, justement, d'être interrogé dans l'un des fameux fauteuils rouges.

Ces interviews en extérieur "permettent d'être au plus prêt de ce qui se passe", assure le journaliste. Souvent chahutés, parfois congelés en raison du froid, les invités assurent une "respiration" à l'émission : "C'est tellement fort qu'à un moment vous avez besoin de reprendre vos esprits et d'avoir quelqu'un avec qui on se pose", défend Jacques Cardoze, ancien d'Envoyé spécial, autre émission emblématique de la chaîne diffusée avant Complément d'enquête. Une locomotive, selon lui : "J'ai intérêt à ce qu'Envoyé spécial soit fort pour que Complément d'enquête le soit aussi."