Après Michel Cymes et Sophie Davant, une autre star de la télé lance son magazine

  • A
  • A
Partagez sur :
Le groupe Prisma média lance un nouveau magazine mêlant décoration et immobilier, dans les kiosques ce jeudi. Et c'est un animateur de télévision populaire qui va le diriger. Une formule gagnante à en croire les résultats des magazines "S" de Sophie Davant et "Dr Good" de Michel Cymes. 

Ça deviendrait presque une mode. Après Dr Good ! de Michel Cymes et S de Sophie Davant, un nouveau magazine créé par une star de la télé arrive dans les kiosques jeudi. Et il est signé Stéphane Plaza. Le monsieur immobilier de la chaîne M6 lance Bienvenue chez vous. Un titre inspiré d’une formule qu’il répète dans ses émissions lors d’un achat ou d’une location.

Une formule inédite

Le magazine traite à la fois d’immobilier et de décoration. Une formule unique sur le marché de la presse. "Il y a beaucoup de presse de décoration d'une part, et des magazines immobiliers très sérieux d'autre part", constate le rédacteur en chef du magazine, Lomik Guillo.

"Ce qui fait notre originalité, c'est qu'on mélange les deux : à la fois du pratique sur les questions du quotidien de l'habitation (comment on gère une fuite d'eau dans une copropriété, comment améliorer le wifi chez soi, les bonnes stratégies pour acheter...) et un côté plus lifestyle et déco (des idées d'aménagements d'intérieur, les tendances de couleurs et de mobilier, etc.)", analyse-t-il. 

"C'est l'assurance de toucher un public large"

Ce qui n’est pas unique, en revanche, c’est qu’un animateur ait son propre magazine. Et ces journaux de stars de la télé rencontrent un grand succès. "C'est l'assurance de toucher un public large", avoue Lomik Guillo. Mais "au-delà de la popularité" de Stéphane Plaza, "c’est l’expertise reconnue dans l'accompagnement de personnes qui ont un projet immobilier et qui veulent changer de vie" qui importe, selon lui.

Le magazine du groupe Prisma est en kiosques dès jeudi au prix de 3,95 euros.

Europe 1
Par Antoine Genton, édité par Manon Bernard