Anne Marivin : "La vie ne s'arrête pas parce qu'on devient invalide"

  • A
  • A
Anne Marivin 1:44
Anne Marivin et Pascal Demolon étaient les invités de Philippe Vandel dans Culture Médias le mardi 3 décembre. © Europe 1
Partagez sur :
À l'occasion de la journée internationale des personnes handicapées, mardi, France 3 diffuse une fiction inédite "D'un monde à l'autre". Pascal Demolon et Anne Marivin, les acteurs principaux de ce téléfilm, se sont confiés sur la préparation de leur rôle au micro de Philippe Vandel. 
INTERVIEW

Mardi 3 décembre a lieu la journée des personnes handicapées, qui vise à promouvoir les droits et le bien-être des personnes handicapées dans toutes les sphères de la société. S'associant à cette journée, France 3 programme mardi soir D'un monde à l'autre, un téléfilm dans lequel Pascal Demolon incarne un homme de 50 ans qui, à la suite d'un accident, devient paraplégique. Après une année de rééducation, il réintègre sa famille et doit gérer cette nouvelle vie auprès de sa femme, incarnée par Anne Marivin, et de ses deux enfants. Invités de l'émission Culture Médias, les deux acteurs ont expliqué comment ils ont préparé leur rôle. 

"Il y a une énergie, une force de vie"

"On a tourné dans un centre de rééducation à Capbreton. Evidemment, je ne vais pas vous dire que c'est génial", concède Anne Marivin. "Ils sortent tous d'un an, deux ans, trois ans d'un vrai calvaire mais il y a une énergie, une force de vie qui fait que la vie ne s'arrête pas. La vie ne s'arrête pas parce qu'on devient invalide."     

Les deux acteurs ont rencontré beaucoup de personnes handicapées afin de mieux appréhender leur rôle. Le personnage de Pascal Demolon se retrouve entouré de bienveillance et a du mal à s'adapter à sa nouvelle vie. L'acteur se souvient : "ils parlaient beaucoup de la vie, de ce sentiment qu'ils avaient d'être parfois regardés avec compassion, et eux n'en veulent absolument pas. Sans démagogie, ils ont le sentiment de pouvoir regarder non seulement les autres mais la vie à la même hauteur. Et c'est ça qui est extraordinaire."

"On ne cesse pas d'être un couple parce qu'on est handicapé"

Sa rencontre avec une jeune surfeuse d'environ 19 ans l'a beaucoup marqué. "Elle s'est retrouvée gravement handicapée et privée du bonheur qu'elle avait de faire du surf dans un premier temps", explique le comédien. Mais il a été ému par la force de la jeune fille. "Son désir était tellement important qu'elle a fait adapter une planche pour reprendre la mer. À un moment, je vois une petite partie métallique sur la prothèse qu'elle avait au bras. Je lui demande ce que c'est et elle me dit que c'est un décapsuleur pour les bouteilles de bière."

"D'un monde à l'autre" aborde également des sujets peu vus dans une fiction sur cette thématique comme le coût financier que représente un handicap mais aussi la sexualité des personnes handicapées. "C'était très important de ne pas faire l'impasse sur le sujet de la sexualité car on ne cesse pas d'être un homme et d'être un couple parce qu'on est handicapé", souligne Anne Marivin.

Europe 1
Par Céline Brégand