Venezuela : l'ex-procureure en fuite remet des documents au Mexique

  • A
  • A
Luisa Ortega a été démise de ses fonctions en août au Venezuela (photo d'archives).
Luisa Ortega a été démise de ses fonctions en août au Venezuela (photo d'archives). © FEDERICO PARRA / AFP
Partagez sur :
"Je suis venue ici pour rencontrer le procureur général de la République", a affirmé la procureure démise de ses fonctions par la très critiquée Assemblée constituante vénézuélienne. 

L'ex-procureure générale au Venezuela Luisa Ortega, qui a fui son pays où elle se dit victime d'une "persécution politique", est arrivée jeudi au Mexique où elle a remis des documents à la justice sur plusieurs enquêtes.

Une "croisade" contre Maduro. "Je suis venue ici pour rencontrer le procureur général de la République à qui j'ai remis hier (jeudi) des informations importantes liées à des enquêtes en cours au Venezuela et qui peuvent intéresser ce pays", a-t-elle déclaré aux journalistes vendredi. Luisa Ortega, contre laquelle Caracas a annoncé le prochain lancement d'un mandat d'arrêt international, est arrivée jeudi après-midi au Mexique, nouvelle étape de sa "croisade" sur le continent contre le président socialiste Nicolas Maduro.

"La justice est niée au Venezuela". Jeudi soir, elle a rencontré le procureur général du Mexique, Raul Cervantes, mais n'a pas fourni de détails sur leur entretien en raison du "secret de l'enquête". "D'après les conversations que j'ai eues et les instruments juridiques internationaux comme la convention de Palerme, je suis confiante dans le fait que bientôt nous pourrons avoir une réponse aux délits commis au Venezuela et pour lesquels il est impossible d'obtenir justice" dans ce pays, a affirmé Luisa Ortega, qui a accusé Nicolas Maduro et son entourage de corruption. "La justice est niée au Venezuela car on a perdu l'Etat de droit, on a perdu la démocratie et on a perdu les libertés", a-t-elle ajouté.

Cette chaviste entrée en dissidence a été démise de ses fonctions le 5 août par la toute nouvelle Assemblée constituante vénézuélienne acquise au président Maduro. Son époux, le député German Ferrer, est accusé de corruption par Caracas et risquait d'être arrêté après que l'Assemblée constituante l'a privé de son immunité parlementaire. Ils ont fui leur pays pour chercher refuge en Colombie où elle est arrivée mi-août, avant de se rendre au Brésil et au Costa Rica pour présenter ce qu'ils disent être des preuves à charge contre le chef de l'Etat vénézuélien et chercher des soutiens.