Un pâtissier français de retour chez lui après avoir été retenu plus de deux ans en Chine

  • A
  • A
Retenu en Chine depuis mars 2017, un pâtissier français de 50 ans est de retour chez lui en Normandie
Retenu en Chine depuis mars 2017, un pâtissier français de 50 ans est de retour chez lui en Normandie © GREG BAKER / AFP
Partagez sur :
Un pâtissier français de 50 ans, Laurent Fortin, bloqué en Chine depuis le début de l'année 2017 pour son implication supposé dans une affaire de farines périmées, a pu rentrer en France vendredi. Le ministère des Affaires étrangères a annoncé qu'il avait pu retrouver sa famille.

Détenu puis assigné à résidence depuis mars 2017 en Chine pour une affaire de farines périmées, le pâtissier français Laurent Fortin est rentré vendredi en France où il a retrouvé sa famille, a-t-on appris samedi auprès du ministère des Affaires étrangères. "M. Laurent Fortin est rentré en France ce vendredi 29 novembre", a-t-on déclaré au Quai d'Orsay. "La situation de M. Fortin a été suivie au plus haut niveau et nous nous réjouissons de son retour dans son pays, auprès des siens. Nous remercions les autorités chinoises pour leur coopération dans cette affaire", a-t-on ajouté.

Désigné comme responsable de la production

Âgé de 50 ans et père de deux enfants, ce pâtissier originaire de Normandie était parti en décembre 2016 à Shanghai pour travailler dans un centre de production de la petite chaîne Farine Bakery. Mais son expérience avait tourné court : il avait été arrêté en mars 2017 avec plusieurs autres employés français et chinois après un contrôle des autorités sanitaires ayant mis au jour des stocks de farine périmée. D'abord incarcéré pendant neuf mois, Laurent Fortin avait été placé en liberté conditionnelle début 2018, juste avant une visite en Chine du président français Emmanuel Macron. Il ne pouvait cependant pas quitter le territoire chinois. Désigné par le Tribunal intermédiaire numéro 3 de Shanghai comme le responsable de la production, il a été condamné en février dernier à deux ans et cinq mois de prison avec sursis. Il devra également s'acquitter d'une amende de 60.000 yuans (7.900 euros).

Son retour en France a été salué dans un communiqué par Hervé Maurey, sénateur de l'Eure, département d'origine de Laurent Fortin. "Pour avoir interpellé et alerté régulièrement depuis des mois les autorités françaises sur la situation de Laurent Fortin, y compris le Président de la république à qui j'en avais personnellement et directement parlé, je suis particulièrement heureux", a-t-il souligné. Deux autres ressortissants français, Marion Cambounet et Damien Ortal, et trois Chinois ont également été condamnés dans cette affaire.