Un million de manifestants à Hong Kong contre un projet de loi d'extradition vers la Chine continentale

  • A
  • A
Les manifestants présents au rassemblement contre la proposition de loi controversée.
Les manifestants présents au rassemblement contre la proposition de loi controversée. © AFP
Partagez sur :
Dans une chaleur étouffante, les protestataires ont défilé dans les rues étroites de l'île principale. C'est la manifestation la plus massive depuis la rétrocession de ce territoire à Pékin.

Hong Kong a vécu dimanche l'une de ses manifestations les plus massives depuis sa rétrocession à Pékin : des centaines de milliers de personnes ont marché pour dénoncer un projet du gouvernement local d'autoriser des extraditions vers la Chine continentale.

Plus d'un million de manifestants selon les organisateurs

Dans une chaleur étouffante, les manifestants ont, pendant sept heures, défilé dans les rues étroites de l'île principale, formant un cortège impressionnant et brandissant des pancartes rouges sur lesquelles on pouvait lire "Non à l'extradition". "Il y a 1,03 million de personnes à la marche d'aujourd'hui", a annoncé un des organisateurs à la foule rassemblée devant le Conseil législatif (LegCo, le "Parlement" local), déclenchant vivats et applaudissements.

Une marche historique

La police, qui traditionnellement donne des chiffres de participation nettement inférieurs à ceux des organisateurs, a estimé que la marche avait, à son plus fort, rassemblé 240.000 personnes - soit, selon ses chiffres, la deuxième manifestation la plus massive depuis la rétrocession. La marche était en tout cas comparable à une manifestation de 2003, qui avait vu un demi-million de personnes descendre dans les rues, forçant les autorités à renoncer à une loi controversée sur la sécurité nationale.

Selon ses détracteurs, le projet de loi d'extradition, porté par les autorités hongkongaises pro-Pékin, placera la population à la merci d'un système judiciaire chinois opaque et politisé. Il a suscité des critiques des juristes, des milieux financiers et de diplomates occidentaux inquiets pour leurs ressortissants sur l'ex-colonie britannique revenue en 1997 dans le giron chinois.

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP