Trump martèle qu'il n'a "pas perdu" l'élection lors d'un meeting en vue des sénatoriales

  • A
  • A
meeting trump géorgie ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP 1:05
Donald Trump était en meeting en Géorgie pour soutenir deux candidats républicains sortants en vue des sénatoriales. © ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP
Partagez sur :
Lors de son premier meeting depuis la présidentielle américaine, Donald Trump a appelé samedi soir en Géorgie à se mobiliser en vue des sénatoriales, et martelé qu'il allait gagner le scrutin, pourtant déjà remporté par Joe Biden il y a près d'un mois, en dénonçant une élection "truquée".
REPORTAGE

C'est un feuilleton qui n'en finit plus. Cela fait plus d'un mois que les Américains ont voté et que la victoire de Joe Biden a été officialisée. De son côté, Donald Trump, qui a longtemps refusé sa défaite, commençait ces derniers jours à évoquer sa succession à demi-mots, mais le naturel revenant au galop, c'est un président combattif que l'on a vu samedi soir. Donald Trump était en Géorgie pour soutenir deux sénateurs républicains sortants qui affronteront le 5 janvier une double élection partielle cruciale aux sénatoriales. Il affirme qu'il n'a "pas perdu" et continue de parler d'une élection "truquée". Europe 1 a suivi ce meeting depuis les Etats-Unis.

"Se battre" pour les sénateurs et la présidentielle

Pendant plus d'une heure et demie le président Trump s'est livré à un exercice d'équilibriste : critiquer le processus électoral tout en appelant à aller voter au mois de janvier pour ces sénatoriales. Car il faut voter en janvier pour conserver la majorité républicaine au Sénat, a-t-il appelé. En jeu : l'équilibre du pouvoir à Washington lorsque Joe Biden prendra ses fonctions le 20 janvier. 

Si ces sénateurs, Kelly Loeffler et David Perdue, "ne gagnent pas, rien ne pourra arrêter" les démocrates, a tonné Donald Trump. "Vous n'avez pas idée d'à quel point ça ira mal." "Des amis me disent 'on ne va pas aller voter parce qu'on est en colère après la présidentielle'. Mais si vous faites cela, la gauche radicale va gagner. On peut se battre pour la présidentielle, et se battre pour faire élire nos deux futurs sénateurs et on peut le faire en même temps", a-t-il martelé.

Comme Donald Trump le répète depuis un mois, il a encore accusé les démocrates d'avoir volé la présidentielle. "Nous sommes en train de gagner cette élection", a lancé le président sortant devant les centaines de partisans réunis en plein air à Valdosta. "Ils vont tenter de nous convaincre que nous avons perdu. Nous n'avons pas perdu", a-t-il ajouté sous les cris enthousiastes. "Ils ont triché, ils ont truqué notre élection présidentielle, mais nous allons quand même gagner. Ils veulent vous enlever vos emplois, vos frontières, vos libertés, votre religion. Ils veulent même vous enlever Noël !"

Vers 2024

Les tribunaux ont rejeté une myriade de recours en justice présentés par l'équipe d'avocats de Donald Trump à travers les Etats-Unis. Accompagné de son épouse Melania Trump, le républicain a rappelé ses victoires du 3 novembre dans des Etats-clés, la Floride et l'Ohio, puis a ajouté, contrairement au résultat officiel : "Nous avons également remporté la Géorgie, c'était bien". Donald Trump a de nouveau vivement critiqué le gouverneur de cet Etat conservateur, pourtant républicain et un ex-allié, en l'exhortant à vérifier de nouveau les bulletins. Le résultat de la Géorgie a déjà été vérifié et certifié, donnant la victoire au démocrate Joe Biden par une courte avance de moins de 13.000 voix.

Dans une mise en scène bien rodée, similaire à celles utilisées pendant sa campagne présidentielle, le tribun républicain est monté sur une estrade, accompagné de son épouse Melania Trump, son avion présidentiel Air Force One en arrière-plan. "On vous aime", a scandé la foule, où peu portaient des masques. Et en fin de discours, Donald Trump a également évoqué la prochaine présidentielle, celle de 2024, en disant qu'il ne voulait pas attendre jusque là, mais plutôt revenir trois semaines en arrière.

Europe 1
Par Alexis Guilleux, avec AFP, édité par Séverine Mermilliod