Trump dit "condamner tous les types de racisme", un an après les violences de Charlottesville

, modifié à
  • A
  • A
"Nous devons nous rassembler en tant que Nation" a tweeté Donald Trump samedi. © SAUL LOEB / AFP
Partagez sur :

Très critiqué l'an dernier après la manifestation meurtrière de Charlottesville, le locataire de la Maison-Blanche a dit samedi "condamner tous les types de racisme et les actes violents".

Il y a un an, Donald Trump avait été vivement critiqué après le rassemblement meurtrier de Charlottesville, notamment pour n'avoir jamais condamné les manifestants néo-nazis. Samedi, le président américain a dit "condamner tous les types de racisme et les actes violents", appelant ainsi à l'unité nationale.

"Nous devons nous rassembler". "Le rassemblement de Charlottesville, il y a un an, a entraîné la mort et des divisions insensées", a tweeté Donald Trump. "Nous devons nous rassembler en tant que Nation", a-t-il ajouté, avant de conclure : "Paix à tous les Américains !"

Date anniversaire. Il y a un an, le réseau "Unite the Right" avait obtenu de pouvoir organiser un rassemblement à Charlottesville, en Virginie, pour protester contre le projet de la municipalité de déboulonner une statue du général confédéré Robert E. Lee. Au terme de ce rassemblement, des heurts avaient éclaté entre suprémacistes blancs et contre-manifestants. Un sympathisant néo-nazi avait alors foncé en voiture dans une foule de manifestants antiracistes, tuant une jeune femme de 32 ans, Heather Heyer, et faisant 19 blessés.

Des manifestations prévues dimanche. Pour le premier anniversaire de ces événements, le réseau "Unite the Right" a prévu un nouveau rassemblement, dimanche, mais à Washington cette fois, aux abords de la Maison-Blanche. Des contre-manifestations sont également prévues dans le même square Lafayette, devant la résidence présidentielle. Un important dispositif policier sera mis en place, principalement pour empêcher les deux groupes d'entrer en contact.

À Charlottesville, les autorités ont pris d'importantes mesures de sécurité, après avoir été débordées lors des heurts du 12 août 2017. Le gouverneur de Virginie Ralph Nortam a décrété l'état d'urgence et le quartier piéton du centre-ville de Charlottesville, où avaient eu lieu les incidents de l'an dernier, a été cerné de barricades en béton et voitures officielles, avec seulement deux points d'entrée pour les piétons.