Russie : l'ONU appelle à enquêter sur l'usage "excessif de la force" par la police

  • A
  • A
La Haut-Commissaire a lancé cet appel à l'occasion de l'ouverture de la 42e session du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à Genève.
La Haut-Commissaire a lancé cet appel à l'occasion de l'ouverture de la 42e session du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à Genève. © Yamil LAGE / AFP
Partagez sur :
La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme Michelle Bachelet s'est dite inquiète du recours excessif à la force par la police russe ces dernières semaines, après un été de manifestations qui a vu l'arrestation de plus de 2.500 personnes. 

La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme a demandé lundi des enquêtes sur le "recours excessif" à la force par la police russe au cours de semaines ayant précédé les dernières élections.

"Je soutiens les appels du Conseil présidentiel pour des enquêtes sur les allégations de recours excessif à la force par la police, et j'exhorte les autorités à respecter la liberté d'expression, le droit de réunion pacifique et le droit de participer aux affaires publiques", a déclaré Michelle Bachelet. La Haut-Commissaire a lancé cet appel à l'occasion de l'ouverture de la 42e session du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à Genève, alors que le parti au pouvoir a subi un lourd revers dimanche aux élections du Parlement de Moscou, perdant environ un tiers de ses sièges, selon des résultats provisoires donnés par les agences de presse russes.

Plus de 2.500 personnes arrêtées lors des manifestations de juillet et août

Ces élections étaient suivies de près après un été de manifestations à Moscou en raison du rejet de la candidature des principales figures de l'opposition. L'opposant Alexeï Navalny, dont les alliés ont été exclus des élections, a appelé de nouveau dimanche les électeurs à "voter intelligemment" en soutenant ceux qui sont les mieux placés pour battre les candidats affiliés au pouvoir. "Je suis préoccupée par les nombreuses arrestations et actions de police" en Russie, a relevé Michelle Bachelet, soulignant plus de 2.500 personnes ont été arrêtées lors des manifestations en juillet et août.

"Actuellement, cinq ont été condamnées à des peines d'emprisonnement, et d'autres font face à des accusations criminelles", a détaillé Michelle Bachelet. Cette vague de protestations n'avait pas été vue en Russie depuis celle de 2011-2012 qui avait précédé le retour de Vladimir Poutine à la présidence après un mandat de Premier ministre.