Proche-Orient : Trump penche pour la première fois pour la solution à deux États

, modifié à
  • A
  • A
© OLIVIER DOULIERY / AFP
Partagez sur :
Donald Trump a dit mercredi pour la première fois sa préférence pour une solution à deux États afin de mettre fin au conflit israélo-palestinien et évoqué la présentation d'un plan de pais d'ici quatre mois. 

Le président américain Donald Trump a dit mercredi pour la première fois sa préférence pour une solution à deux États afin de mettre fin au conflit israélo-palestinien, promettant de présenter son plan de paix "équilibré" d'ici quatre mois. "Je pense vraiment que quelque chose va se passer. C'est mon rêve d'y parvenir avant la fin de mon premier mandat", en janvier 2021, a-t-il lancé lors d'une rencontre avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

En marge de l'Assemblée générale annuelle de l'ONU à New York, il s'est dit convaincu "à 100%" que les Palestiniens, qui ont gelé tout contact avec l'administration américaine depuis qu'elle a reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël fin 2017, reviendraient à la table des négociations.

"Je pense que les deux États vont voir le jour". "J'aime bien la solution à deux États", a ajouté le président américain, qui s'était jusque-là garder de privilégier cette voie appuyée par ses prédécesseurs et la communauté internationale. "Je pense que les deux États vont voir le jour", a-t-il même ajouté un peu plus tard devant la presse. Même si c'est "un peu plus difficile", "cela marche mieux parce que chacun gouverne de son côté", a-t-il expliqué. Il n'a pas précisé si c'est ce que proposera le plan de paix concocté dans le plus grand secret par son gendre et conseiller Jared Kushner.

"Un plan équilibré". "Si les Israéliens et les Palestiniens veulent un État, c'est OK pour moi. S'ils veulent deux États, c'est OK pour moi", a-t-il assuré. "Je suis un facilitateur". Mais le plan sera, a-t-il promis, "équilibré", car Jared Kushner, s'il "adore Israël", sait que "tout le monde doit être satisfait". Pour la première fois également, l'occupant de la Maison Blanche a d'ailleurs donné un calendrier pour la présentation de cette proposition, maintes fois reportée. "Dans les deux, trois ou quatre mois", a assuré Donald Trump, qui rêve d'aboutir à "l'accord ultime" entre Israéliens et Palestiniens là où tous ses prédécesseurs ont échoué.