Natalie Portman boycotte le "Nobel juif" en Israël

, modifié à
  • A
  • A
L'actrice américaine critique les récents événements survenus en Israël. © KEVIN WINTER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

L'actrice oscarisée met en avant les "récents événements" survenus dans l'Etat hébreu, sans préciser lesquels. Le gouvernement israélien critique cette décision. 

Natalie Portman est en désaccord avec la politique du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou. Et, pour montrer son opposition, l'actrice oscarisée a décidé de boycotter la cérémonie dite des "Nobel juif", selon un communiqué de la Genesis Prize Foundation publié jeudi. L'actrice, née à Jérusalem, estime que "les récents événements en Israël ont été particulièrement pénibles". En conséquence, elle refuse de participer à "tout événement public en Israël". A la suite de cette annonce, le prix qui devait lui être remis a finalement été annulé. Natalie Portman n'a pas précisé les événements qu'elle jugeait "pénibles" mais l'État hébreu s'est retrouvé au centre des critiques au début du mois après la mort de 28 Palestiniens à sa frontière

"Militants du BDS". Le ministre de la culture israélien, Miri Regev, a réagi à la décision de l'actrice. "Je suis désolé d'entendre que Natalie Portman soit du côté des militants du BDS  (Boycott, Désinvestissement, Sanction, un mouvement qui prône le boycott de l'Etat hébreu, NDLR)". Selon une source au sein de la fondation Genesis Prize, cité par le quotidien israélien Haarretz, l'actrice n'a pas l'intention de rendre le gain correspondant à son prix, à savoir un million de dollars en liquide (810.000 euros environ). Elle compte en faire don à des organisations de défense des droits des femmes dans le monde. 

La fondation a fait savoir qu'elle considère Natalie Portman comme un "être merveilleux" et "respecte son droit d'être publiquement en désaccord avec les politiques du gouvernement" israélien. Mais elle craint "qu'à cause de sa décision, on ne politise la démarche philanthropique" de l'organisation.

Opposition au Premier ministre. L'actrice a toujours mis en avant son opposition à la politique du Premier ministre, Benyamin Netanyahou. En 2015, après la réélection de ce dernier, elle s'était déclarée "très, très triste et déçue", comme le rappelle Haaretz. "Je trouve que sa rhétorique raciste est horrible", avait-elle poursuivi.