L'État islamique annonce la mort d'un fils de son chef en Syrie

, modifié à
  • A
  • A
Abou Bakr al-Baghdadi, donné mort à plusieurs reprises, serait encore vivant et se trouverait en territoire syrien. © AFP PHOTO / HO / AL-FURQAN MEDIA
Partagez sur :

Un fils d'Abou Bakr al-Baghdadi a été tué en Syrie lors d'une attaque menée par les djihadistes dans la province centrale de Homs, a annoncé l'EI mardi soir.

Un fils du chef du groupe État islamique (EI) Abou Bakr al-Baghdadi a été tué en Syrie lors d'une attaque menée par les djihadistes dans la province centrale de Homs, a annoncé mardi soir l'organisation djihadiste.

"Houdhayfah al-Badri (Dieu ait son âme) le fils du calife (...) a été tué dans une attaque contre les Nussayriyyah et les Russes dans une centrale électrique dans la province de Homs", a annoncé l'EI dans un communiqué, publié sur les chaînes Télégram utilisées par son organe de propagande Amaq. Le terme Nussayriyyah est utilisé par l'EI pour désigner la communauté alaouite dont est issu le président syrien.

Un territoire réduit à peau de chagrin. L'EI, qui avait connu une ascension fulgurante en Syrie et en Irak où il avait proclamé en 2014 un "califat" à cheval sur les deux pays, a vu son territoire se réduire comme peau de chagrin au fil des années, à coups d'offensives distinctes. En Syrie, celles-ci ont notamment été menées par une alliance kurdo-arabe, soutenue par la coalition internationale emmenée par les États-Unis, d'une part, et le régime syrien, soutenu par la Russie, d'autre part. Le groupe conserve encore quelques poches dans la partie désertique de la province de Homs ainsi que dans l'est du pays, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), qui estime à moins de 3% la part du territoire syrien encore sous le contrôle de l'organisation ultraradicale.

Al-Baghdadi, donné mort plusieurs fois. Son chef, Abou Bakr al-Baghdadi, donné mort à plusieurs reprises, serait encore vivant et se trouverait en territoire syrien, le long de la frontière avec l'Irak, a affirmé début mai un responsable irakien. Le "calife" auto-proclamé de l'EI "se déplace accompagné de quatre ou cinq personnes", dont "son fils et son gendre" avait indiqué ce général des services de renseignement sous le couvert de l'anonymat.

En juin 2017, la Russie avait dit avoir probablement tué Abou Bakr al-Baghdadi dans un raid fin mai de son aviation près de Raqa, l'ex-capitale du groupe, en Syrie. Elle avait ensuite souligné qu'elle continuait de vérifier s'il était bien mort. Trois mois plus tard, un haut responsable militaire américain avait affirmé que le chef de l'EI était sans doute encore en vie et se cachait probablement dans la vallée de l'Euphrate, dans l'est de la Syrie.

Un dernier message sonore en septembre 2017. En septembre 2017, dans le dernier message sonore qui lui avait été attribué, le chef de l'EI avait appelé ses combattants acculés de toutes parts en Syrie et en Irak à "résister" face à leurs ennemis. Fin juin, les autorités irakiennes avaient annoncé avoir tué 45 membres de l'EI, dont des hauts responsables, y compris un haut placé "du ministère de la Guerre" et son adjoint, dans un raid aérien mené dans l'est de la Syrie. Abou Bakr al-Baghdadi aurait eu quatre enfants avec sa première femme puis un fils avec sa deuxième femme.