Les juifs toujours menacés plusieurs décennies après l'Holocauste, selon Netanyahou

  • A
  • A
Le Premier ministre israélien achevait une visite en Lituanie, dimanche (photo d'illustration).
Le Premier ministre israélien achevait une visite en Lituanie, dimanche (photo d'illustration). © MENAHEM KAHANA / POOL / AFP
Partagez sur :
"Ce qui a changé, c'est notre capacité à nous défendre par nous-mêmes", a affirmé le Premier ministre israélien au dernier jour d'une visite historique en Lituanie, dimanche. 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a déclaré dimanche que les juifs étaient toujours en danger plusieurs décennies après l'Holocauste, au dernier jour d'une visite historique en Lituanie, patrie de ses ancêtres.

"Notre capacité à nous défendre par nous-mêmes". "Pour le peuple juif, qu'est-ce qui a changé en 75 ans ? Pas les tentatives pour nous anéantir, ils cherchent toujours à nous anéantir", a affirmé Benjamin Netanyahou, face à quelque 300 Lituaniens réunis dans la synagogue chorale de Vilnius. Le Premier ministre israélien a détaillé ce qu'il a qualifié de nouvelles menaces existentielles auxquelles sont confrontés les juifs, dont l'Iran et le mouvement islamiste Hamas présent dans la bande de Gaza.

"Ce qui a changé c'est notre capacité à nous défendre par nous-mêmes... C'est un magnifique changement dans l'Histoire", a ajouté Benjamin Netanyahou, premier chef du gouvernement israélien à se rendre en Lituanie. La quasi-totalité des plus de 200.000 juifs lituaniens ont péri sous l'occupation allemande entre 1941 et 1944.

"Quel chemin nous avons parcouru". Benjamin Netanyahou, qui a visité samedi le ghetto de Vilnius, a rappelé que les juifs lituaniens étaient alors emmenés pendant la Deuxième guerre mondiale à Paneriai - aussi appelée Ponar - en périphérie de la capitale, où ils étaient tués et jetés dans des "fosses de la mort". "Quel chemin nous avons parcouru en 75 ans, depuis les fosses de la mort de Ponar jusqu'à devenir une puissance mondiale de plus en plus importante", a t-il souligné.

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP