Les États-Unis ne peuvent être un "médiateur unique" au Proche-Orient, selon Abbas

, modifié à
  • A
  • A
Abbas ONU 1280
Mahmoud Abbas s'exprimait à la tribune de l'Assemblée générale des Nations Unies jeudi. © STEPHANIE KEITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :
Le président de l'Autorité palestinienne a accusé jeudi, à la tribune de l'ONU, Donald Trump de mettre en péril la solution à deux États et d'être "partial" dans le conflit israélo-palestinien. 

Le président palestinien Mahmoud Abbas a estimé jeudi que les États-Unis étaient "partiaux" et a réaffirmé qu'ils ne pouvaient être un "médiateur unique" dans le conflit au Proche-Orient.

"Un œil neuf". "Les États-Unis agissent comme médiateurs mais nous (les) voyons maintenant sous un œil neuf", a déclaré Mahmoud Abbas à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU, en évoquant la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël et la coupure de l'aide à l'agence de l'ONU UNRWA pour les réfugiés palestiniens. "Les États-Unis ne sauraient être un médiateur unique", a ajouté Mahmoud Abbas, alors que Donald Trump a promis mardi de dévoiler un plan de paix pour le Proche-Orient dans les "quatre mois".

Mise "en péril" de la solution à deux États. Le président de l'Autorité palestinienne a également accusé Donald Trump de mettre "en péril" la solution à deux États, israélien et palestinien. "Avec toutes ses décisions, le gouvernement américain est revenu sur tous les engagements qui avaient précédemment été pris par son pays et a même mis en péril la solution à deux États", a-t-il déclaré à la tribune de l'Assemblée générale annuelle de l'ONU.