"Les Chrétiens ont appris à vivre avec la menace", déplore le directeur de SOS Chrétiens d’Orient

, modifié à
  • A
  • A
Messe à l'est de Mossoul, dans le Kurdistan irakien, en 2016.
Messe à l'est de Mossoul, dans le Kurdistan irakien, en 2016. © AFP
Partagez sur :
Le christianisme va-t-il disparaître du Moyen Orient ? Benjamin Blanchard, directeur général et cofondateur de SOS Chrétiens d’Orient, décrit l'insécurité dans laquelle vivent des milliers de chrétiens en Irak et en Syrie, au micro de Sébastien Krebs.
INTERVIEW

Les Chrétiens d'Orient sont-ils condamnés à disparaître ? "C'est quelque chose qui n'est plus une hypothèse d'école", déplore le cofondateur de SOS Chrétiens d’Orient, "la situation est désespérée notamment en Irak où j'étais avant Noël". La population de Chrétiens y a diminué de 80%, après une situation de guerre ininterrompue depuis 1979 : "Tout le monde souffre mais les Chrétiens, en tant que minorité, sont encore plus affectés par cette insécurité".

Il reste encore possible de célébrer des messes dans certaines zones. "Dans ces deux pays la façon de fêter Noël est très expressive, avec des arbres de Noël gigantesques comme on ne voyait pas avant la guerre en Syrie, avec des processions", décrit Benjamin Blanchard, "même si en Irak cette année c'était un peu plus discret à cause des émeutes". Surtout à Bagdad, où les autorités religieuses craignaient que les églises soient prises pour cible par des terroristes.

L'asile, "un parcours du combattant"

Persécutés depuis des décennies, les Chrétiens d'Orient font preuve de résilience, malgré les attentats qui ont visé les célébrations chrétiennes ces derniers mois et années. "Ils ont appris à vivre avec cette menace", explique le responsable associatif, "certaines familles chassées de chez elles ont dû déménager pas moins de sept ou huit fois dans le siècle". Ceux qui n'en peuvent plus choisissent d'émigrer. 

La France accueille ainsi plusieurs milliers de ces Chrétiens qui demandent l'asile, dont 7.500 Irakiens issus de minorités religieuses persécutées. Mais Benjamin Blanchard décrit ces demandes d'asile officielles comme "un parcours du combattant, la solution de facilité étant souvent d'entrer sur le territoire illégalement". Il défend surtout que la solution, pour ces populations, serait d'assurer des conditions suffisantes pour qu'elles puissent rester chez elles, selon leurs vœux : "si elles choisissent de partir, ce n'est qu'en désespoir de cause". 

Pourront-ils revenir un jour chez eux ? "Peut-être, mais est-ce qu'ils le voudront ?", s'interroge Benjamin Blanchard, certaines de ses familles ayant tout fait pour s'intégrer dans une nouvelle société, "repartir de zéro est quelque chose de très difficile". 

Europe 1
Par Théo Mercadier